Riverdale, The Walking Dead… La recette idéale du cliffhanger parfait de séries

Serieously vous propose aujourd’hui d’explorer la recette la plus convoitée du monde, celle du cliffhanger parfait de séries ! Celui qui saura vous retenir le souffle, vous empêcher de dormir, vous donnera un sujet de conversation pendant des mois… C’est parti !

Une saison qui rame

D’abord, il nous faut une saison qui piétine un peu… Au début, c’était une série plutôt pas mal, accrocheuse et divertissante mais sérieusement en manque de pep’s. Les personnages sont pénibles, l’intrigue tourne en rond alors… POURQUOI NE PAS TUER UN PERSONNAGE LA COMME ÇA ?

Un personnage aimé des fans doit y passer

C’est clairement le passage obligé. Si on décide d’éliminer le conseiller scolaire ou le gars de la station service, en théorie tout le monde s’en moque. Mais si c’est LE personnage dont les fans de la série ne peuvent pas se passer, le cliffhanger va dans le mille. Même si on sentait que ce cher Jughead de Riverdale n’allait pas *vraiment* mourir, on a eu un début de nausée lorsque son papa le portait à la fin de la saison 2. Un cliffhanger ça sert à ça, nous mettre « on edge » (nous rendre anxieux).

L’arrivée du maxi Big Bad

En général ce personnage est craint, redouté ou alors détesté des autres protagonistes et sa présence non souhaitée signifie forcément : retourner la saison prochaine. Ce personnage arrive à la fin de la saison précédente si possible en fanfare et on sait que tout cela annonce « le pire » pour les autres. Imparable le coup du grand méchant loup, comme dans les contes. Comme l’arrivée de ce cher Negan dans The Walking Dead.

Un saut dans le temps

Comme c’est commode. Un saut dans le temps permet à l’intrigue de se trouver une petite jeunesse, un nouveau lieu, une nouvelle époque, on peut tout recommencer à zéro ou prolonger un moment clef de l’histoire sans forcément trop trop se poser de questions.

Le coup de l’accident

Finir sur un accident impressionnant est toujours un bon plan. Incendie, voiture qui renverse le héros, c’est le meilleur moyen de rebattre les cartes et d’éliminer efficacement les personnages auxquels le public tient vraiment. Pour briser des cœurs au passage. Au calme.

La fausse piste

On l’attendait cette conversation entre les deux protagonistes, l’annonce qui allait tout régler, le divorce que l’on attendait, le mariage que l’on espérait… La saison s’achève sur le cliffhanger du discours le plus attendu des 6 saisons. Et puis en fait non, il lui avait juste demandé de lui passer le sel. On a pas eu très chaud, mais qu’est-ce que l’on s’est fait rouler.

Le cliffhanger qui n’arrive PAS à la fin de la saison

Probablement l’un des meilleurs. On était confortablement installé devant notre série préférée et là, au bout du 5e ou 7e épisode, un Big Bad apparaît, une mort surgit… Prenez Angel dans Buffy, il devient le Big Bad, Angelus. Le pire. Au beau milieu de la saison. Episode 7 de la saison 2 de Friends où Ross entre dans le Central Perk et embrasse fougueusement Rachel nous a laissé sans voix. Qu’allait-il se passer après… Les ingrédients du parfait cliffhanger de season finale étaient là, mais il fallait les mettre plus tôt. Ça marche aussi.

Like Serieously sur Facebook



Hannah Benayoun
Journaliste
Fille spirituelle de Leslie Knope dans Parks and Recreation et de Thomas Shelby des Peaky Blinders.
Let them binge parfait: regarder Friends avec une girafe, mais clairement je ne l'ai jamais fait.