6 (gros) mensonges que les séries ont essayé de nous faire avaler

Publié le 16 janvier 2018 - 12h33

Les séries, on aime ça pour s’évader et voir des choses que l’on ne verrait pas forcément dans la vie. Mais parfois, nous ne sommes pas dupe. Really not.

Que tu pouvais avoir un mode de vie précaire mais vivre dans un trois pièces à Manhattan.

Tout le monde s’est déjà posé LA question numéro 1 en regardant Friends : mais comment vit Joey ? Acteur à la manque, certes en colloc mais dans un 50m2 à Manhattan, on nous prend pour des jambons. En plus de nous faire croire que l’on peut être tout le temps hyper drôle en étant précaire, il arrive à garder ses potes en leur demandant de l’argent un épisode sur deux.

 

Que les familles brunchent tous les matins avant de partir de chez eux

Dans les trois quarts des familles américaines des séries, le petit dej est une scène incontournable. Par contre, nous faire croire que des œufs bacon sont servis tous les matins que le « Dieu série » fait, c’est résolument trop gros à avaler.

Exemple : la famille Dunphy de Modern Family, unie mais complètement dysfonctionnelle, passe son temps à rater des Noëls, planter des rendez-vous capitaux, manquer des vols mais n’a jamais oublié de presser son jus d’orange le matin. Stop.

 

Que la salle de sport pouvait être le lieu de rencard par excellence

Dans les séries françaises du siècle dernier, disons des années 90, la salle de sport était le lieu où les couples se retrouvaient, se formaient, se séparaient. On a réussi à nous faire penser qu’un espace aux murs gris, où l’on s’habille en spantex (orange, rose et bleu fluo, on est toujours dans les années 90) et où clairement ça sent la sueur toute la journée, facilitait les rencontres. Ah oui, il y avait aussi les caves où les jeunes jouaient de la batterie. Tellement rock’n’roll.

 

Que le roi Henri VIII était un Apollon que l’on voulait s’arracher

Dans les Tudors, Jonathan Rhys-Meyers incarne le roi le plus controversé de l’histoire d’Angleterre, le sanguinaire Henri VIII. L’acteur a réussi à mettre en avant les qualités premières d’un roi pour gouverner, goût du pouvoir, de la séduction, d’un lifestyle pas piqué des hannetons. Seul hic, le vrai roi effrayait beaucoup plus ses conquêtes qu’il ne les attiraient- surtout quand on kiffe leur décoller la tête du corps-, il pouvait à peine marcher à cause d’une plaie purulente à la jambe, avait de la nourriture dans sa barbe à peu près tout le temps et sentait mauvais car personne ne se lavait de son temps. Du coup, quand on voit Jonathan, on pense clairement qu’on nous ment.

 

Que lorsque l’on possède un palais on ne vit que dans trois pièces.

Lord Crawley de Downton Abbey possède l’un des plus grands domaines d’Angleterre qui s’entend sur 400 hectares. Pas dégueu. Rien qu’au premier étage, le château compte onze chambres. En revanche, durant 52 épisodes où le château apparaît, la famille Crawley ne déambule que dans trois pièces : le salon, la salle à manger et les cuisines. Alors que clairement, on aurait bien aimé voir le cour de tennis intérieur, la salle de gaming (ah oui non, peut être pas en 1912), les écuries, ou le boudoir pour aller bouder. Un minimum quoi.

 

Que tu peux boire seize whiskies par jour au boulot et rester net.

Dans Mad Men, les publicitaires de l’agence sont des hommes puissants qui passent leur vie en réunion à décrocher les plus gros contrats de la boîte, le tout sans besoin de répondre à des appels d’offre ou même de faire des powerpoints. Mais le plus fou dans cette histoire, c’est que ce sont des mecs super virils des années 60 qui ne peuvent pas réfléchir sans vider deux bouteilles de scotch ou de vodka, parce qu’ils sont classes. Sauf que dans la vraie vie, on vomit.

Journaliste
hannah@serieously.com

Je suis la fille spirituelle de Leslie Knope (Parks and Recreation) & Thomas Shelby (Peaky Blinders).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est Bo Bun légumes devant Friends.
Hannah Benayoun on Email