Daft Punk : la véritable histoire derrière leur film Interstella 5555

Publié le 23 février 2021 - 17h00

Le célèbre duo français d’électro, Daft Punk, a tiré sa révérence le 22 février 2021, laissant derrière lui de nombreuses oeuvres musicales mais aussi son film Interstella 5555. Retour sur la création de ce long-métrage.

 

Après 28 années de collaboration, le duo Daft Punk a définitivement pris sa retraite. Cette nouvelle a été annoncée lors d’une vidéo d’une durée de 7m58 sur YouTube, intitulée Épilogue. Elle a été publiée le lundi 22 février 2021. Ce contenu vidéoludique étant sorti de nulle part, les fans des deux artistes ont été pris de court. Au cours de leur grande carrière, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont réalisé quatre albums de 1997 avec Homework à 2013 avec Random Access Memories, en passant par le célèbre Discovery. C’est précisément ce dernier que nous allons évoquer.

Discovery, album sorti le 8 mars 2001, est célèbre non seulement pour ses musiques incontournables comme Harder, Better, Faster, Stronger et Aerodynamic, mais aussi pour son film d’animation. Intitulé Interstella 5555 : The 5tory of the 5ecret 5tar 5ystem, ce long-métrage muet de 68 minutes est rythmé par les quatorze musiques du disque de Daft Punk.

Le synopsis d’Interstella 5555

Dans le film, nous suivons l’histoire d’un groupe de musique à succès issu d’une planète lointaine. Les extraterrestres apprécient leurs morceaux. En effet, nous pouvons par exemple voir qu’ils dansent sur One More Time. Les oeuvres du groupe attirent l’oeil de Terriens. Cependant, ces derniers sont malintentionnés. Ils viennent sur la planète afin de kidnapper les musiciens, avant de les transformer en humain. Leur physique change, et leurs souvenirs modifiés. Les artistes feront tout pour retrouver leur terre natale, aidés par un extraterrestre venu sur Terre.

Affiche Interstella 5555

© TOEI Animation

La génèse du film de Daft Punk

L’idée du film a un jour émergé dans l’esprit des deux artistes, influencés par de célèbres animes japonais des années 1970 et 1980. Cet amour pour ces oeuvres les a poussés à s’envoler pour le Japon.

 « Nous commençons alors, parallèlement à la musique, l’écriture de l’histoire avec notre ami et collaborateur Cédric Hervet, tous trois bercés enfants par Albator et son univers poétique et énigmatique, nous rêvons d’une collaboration incertaine avec Leiji Matsumoto, et nous envolons à sa rencontre été 2000 avec notre album et le synopsis terminé sous le bras. », ont expliqué les membres de Daft Punk à nos confrères de Canal+.

Ce voyage a payé puisque le film a bien été supervisé par le créateur d’Albator et de Galaxy Express 999 en personne, Leiji Matsumoto. Cela explique la ressemblance entre les charadesigns de ses personnages et des protagonistes d’Interstella 5555. Les membres du duo ont toujours eu une forte admiration pour le travail de M. Matsumoto, Albator ayant marqué leur jeunesse. Le mangaka a quant à lui été conquis par le projet du célèbre groupe d’électro en pleine ascension.

« Le jour où Thomas et Guy-Manuel m’ont proposé d’imaginer un univers visuel à partir de leur musique, j’étais ravi. […] J’ai vu dans leur proposition un clin d’œil du destin. C’est pour moi un rêve d’enfant que de proposer mes visions à un large public. Je n’y croyais plus tellement, et puis, à l’aube du XXIe siècle, les Daft Punk sont venus me trouver ! Ils m’ont dit avoir découvert Albator à l’âge de 5 ans. C’est l’âge où l’on imprime ce qui nous influencera pour le reste de notre vie. », a-t’il indiqué aux journalistes de Canal+.

Interstella 5555 était « comme un rêve d’enfant devenu réalité »

Cette rencontre a marqué la naissance d’Interstella 5555, un film produit par la Toei Animation. Le studio choisi n’est pas un hasard puisque Shinji Shimizu, l’un des collaborateurs de Leiji Matsumoto, y travaillait à cette époque. Il a notamment produit Albator dans cette entreprise, avant de gérer le projet de Daft Punk. Un budget de quatre millions de dollars a été nécessaire pour créer l’oeuvre cinématographique, disséminé sur deux années et demie de production. En avril 2003, le film est enfin prêt. À cette époque, les Daft avaient souligné lors d’une conférence de presse que l’arrivée d’Interstella 5555 était « comme un rêve d’enfant devenu réalité ».

Daft Punk

© TOEI Animation

L’union de la musique électro et de l’animation japonaise voit le jour le 18 mai 2003, lors d’une séance spéciale à la Quinzaine des réalisateurs. Cette dernière a lieu pendant le Festival de Cannes. Le film a été en majorité apprécié à sa sortie. La discographie mise de côté, il est intéressant de relever des petits détails répartis dans l’oeuvre. Nous pouvons notamment apercevoir le caméo des Daft Punk eux-mêmes lors d’une cérémonie de remise de prix dans le domaine de la musique, dans le clip de High Life. Des clins d’oeil à des oeuvres de science-fiction sont aussi faits. De plus, au vu de son scénario, Interstella 5555 semble être une critique de l’exploitation des musiciens en vogue.

Dix-huit ans après ce film, les Daft Punk se sont séparés. Il est toujours possible de retrouver l’intégralité du long-métrage sur YouTube, en suivant le bon ordre des musiques.

Cynthia Leblanc
Journaliste, spécialisée anime et manga
Je suis la fille spirituelle de Rin Tohsaka (Fate/Stay Night) et de Phoebe Buffay (Friends). Mon Snack&Chill idéal du moment c'est des Dragibus devant Les Sorciers de Waverly Place.