Interview Docteure Doogie, Kourtney Kang : « l’héroïne est presque écrite comme une super-héroïne »

Partage
Lien copié !

A l’occasion de l’arrivée de la série Docteure Doogie sur Disney+, Serieously a rencontré Kourtney Kang, la créatrice de ce reboot du show des années 90. Elle y raconte sa version du personnage et pourquoi c’est la série feel good par excellence.

Pourquoi avez-vous décidé de créer une nouvelle version de Dr Doogie ?

Kourtney Kang : J’ai grandi en regardant la série et j’ai toujours été une grande fan. J’ai aussi grandi à une époque où il n’y avait pas beaucoup de séries, voire pas du tout, avec des familles qui ressemblaient à la mienne. Donc c’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, et montrer. Donc quand j’ai entendu qu’ils allaient faire un reboot de Dr Doogie, c’était l’opportunité parfaite pour moi d’amener la série que j’aimais petite dans la direction que je voulais, et y imprégner mon expérience. C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire.

C’était donc évident pour vous d’avoir un personnage féminin en rôle principal…

K.K : Oui absolument. Ce que j’adore dans la série originale c’est que c’est une histoire de passage à l’âge adulte, et quand tu es une fille adolescente, ce moment est bien plus intéressant parce que c’est plus compliqué. Les problèmes et les questions à explorer sont différent(e)s, donc j’étais vraiment excitée d’avoir cette opportunité de faire du personnage principal une jeune femme, et surtout qu’elle soit bi-raciale. Je suis mère de trois filles et le fait d’avoir un personnage à la télévision qui est une ado de 16 ans qui aime la science, être docteure, qui est une génie et fière de l’être… C’est vraiment important pour moi.

docteure-doogie
Disney+

Qu’aimez vous le plus chez votre Doogie ?

K.K  : C’est le fait qu’elle soit écrite presque comme une super-héroïne. Dans une scène elle fait du surfe, dans la suivante elle sauve la vie d’une personne. Tout au long de la série on la voit faire du roller, monter un cheval, danser… Il y a tellement de chose que Peyton [Elizabeth Lee, ndlr] qui incarne Lahela, peut faire ! Elle est tellement talentueuse. Donc sa Doogie est une sorte de super-héroïne très réaliste, il y a quelque chose d’inspirant chez elle et elle essaye toujours de donner le meilleur d’elle-même, d’être la meilleure docteure possible. S’occuper de ses patients de la meilleure des façons et leur donner les meilleurs soins possibles. S’il y a quelque chose que ces deux dernières années nous ont appris, c’est à quel point ces personnes-là sont importantes, ces travailleurs et travailleuses qui se retrouvent en première ligne, et à quel point on a besoin d’eux. C’est ce qui est le plus admirable chez elle.

Est-ce la meilleure série feel-good du moment ?

K.K  : Je pense que oui ! On a commencé à tourner au début du mois de février cette année, et pour nombre d’entre nous c’était la première fois qu’on se retrouvait avec d’autres personnes que sa propre famille depuis un long moment. C’était donc très spécial d’être à côté de ces gens-là, et en plus de ça, le tournage s’est déroulé à Hawaii, l’endroit le plus beau de la Terre. La série est très optimiste et pleine d’espoir. Je pense que c’est ce dont les gens ont besoin aujourd’hui, d’être embarqué à Hawaii, avec cette famille qui s’aime. D’être avec ses amis à l’hôpital qui tiennent les uns aux autres. Pour ma part, c’est le genre de chose que j’aimerais regarder, avec ma famille donc j’espère que d’autres personnes ressentiront la même chose.

Docteure Doogie débarque ce mercredi 8 septembre sur Disney+ !

Romain Cheyron

Romain Cheyron

Journaliste - Responsable pôle News

Suivez nous !

Peaky Blinders : seul vrai fan aura 5/5 à ce quiz sur la série

Peaky Blinders : seul vrai fan aura 5/5 à ce quiz sur la série

Sondage : élis ton perso préféré au début d’Harry Potter et celui à la fin de la saga

Sondage : élis ton perso préféré au début d’Harry Potter et celui à la fin de la saga

Lire aussi
The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]

La Traversée : Florence Miailhe, « C’est possible de faire un film en peinture animée » [Interview]

La Traversée : Florence Miailhe, « C’est possible de faire un film en peinture animée » [Interview]

Une Affaire Française : Blandine Bellavoir, « j’avais beau me protéger, la série m’a tout de même atteinte » [INTERVIEW]

Une Affaire Française : Blandine Bellavoir, « j’avais beau me protéger, la série m’a tout de même atteinte » [INTERVIEW]

Fugueuse : Sylvie Testud, « C’est une série importante car elle fait ouvrir les yeux » [INTERVIEW]

Fugueuse : Sylvie Testud, « C’est une série importante car elle fait ouvrir les yeux » [INTERVIEW]

Ma mère est un gorille (et alors ?) : Linda Hambäck, « La différence est une bonne chose » [Interview]

Ma mère est un gorille (et alors ?) : Linda Hambäck, « La différence est une bonne chose » [Interview]

The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]

Escape Game 2 : Adam Robitel, « c’est un thriller vengeur intense ! »

Escape Game 2 : Adam Robitel, « c’est un thriller vengeur intense ! »