Last Night in Soho : Thomasin McKenzie, “J’ai tout de suite réalisé que ce film allait être particulier » [Interview]

Partage
Lien copié !

Nouveau long-métrage d’Edgar Wright, Last Night in Soho propose un envoûtant voyage dans le temps empli de noirs secrets. Ce thriller psychologique teinté d’horreur est sorti en salles ce mercredi 27 octobre. L’occasion pour Serieously d’échanger avec l’actrice néo-zélandaise Thomasin McKenzie.

Eloise (Thomasin McKenzie), une apprentie styliste pleine de rêves et d’ambition quitte sa Cornouailles natale pour étudier la mode à Londres. Passionnée par les sixties et extrêmement timide, la jeune fille va rapidement s’enfermer dans une bulle de nostalgie et se couper du reste du monde. En s’installant dans une petite chambre meublée chez une vieille dame, elle va s’imprégner de l’ambiance vintage de la capitale d’antan et plonger véritablement dans le passé. Un voyage au cœur des années 60, qui va alors lui faire réaliser que cette époque idéalisée était loin d’être aussi douce qu’elle ne le pensait.

Qu’est-ce qui vous a d’abord séduite dans Last Night in Soho ?

Je pense que c’est l’opportunité de me lancer dans quelque chose de différent et vraiment unique. En lisant le scénario, j’ai tout de suite réalisé à quel point ce film allait être particulier.

C’est un vrai produit d’Edgar Wright, mais c’est aussi très différent des films qu’il a fait dans le passé. Il y a un ton très singulier et j’étais enthousiaste à l’idée d’en faire partie. J’ai également été attirée par la manière dont l’histoire était écrite et notamment les relations entre les personnages. Cela donne une solide structure au film et lui permet de conserver une vraie consistance, alors même que de nombreuses intrigues s’emmêlent et qu’il y a tant de choses qui se passent en même temps.

Last Night in Soho
© Universal Pictures

Qu’est-ce qui vous touche chez Eloise, le personnage que vous incarnez à l’écran ?

J’aime beaucoup sa vulnérabilité, qui est d’ailleurs une chose que je peux retrouver en moi. J’ai aussi été touchée par sa volonté de faire plaisir aux autres, mais également de prouver ce qu’elle vaut. Sa mère s’est suicidée quand elle était jeune et elle doit, elle aussi, lutter contre des problèmes de santé mentale. Donc je pense qu’après avoir longtemps vécu dans un cocon en Cornouailles avec sa grand-mère, elle a envie de changer complètement de cap et de montrer de quoi elle est capable. Ce qui m’a plu, c’est sa détermination finalement. Et c’est aussi pour cela que vous développez de l’empathie à son égard, quand les choses ne vont pas…dans son sens.

Comment avez-vous travaillé avec Anya Taylor-Joy pour créer une véritable connexion entre vos deux personnages ?

Je pense qu’Anya et moi nous sommes connectées très vite. Nous nous sommes principalement liées pendant la période de préparation, car nous avons fait ensemble beaucoup de répétitions de danse. Et, comme je ne suis pas une très bonne danseuse, elle m’a vraiment vue dans mes pires moments (rires). Il y a également eu de nombreuses répétitions où nous devions nous imiter l’une et l’autre à travers le miroir. Nous avions besoin d’être parfaitement synchronisées et cela nous a vraiment aidées à tisser un lien puissant.

Last Night in Soho
© Universal Pictures

Quel a été le plus gros défi pour vous sur ce film ?

Je pense que c’était la dimension émotionnelle, car il s’agit de prendre part à un voyage extrêmement intense. Il faut donc donner beaucoup pour le rôle, rester fidèle au personnage, mais il est également important de prendre soin de soi.

C’était aussi un rôle très physique, avec de nombreuses scènes de courses et de cascades. Je n’en avais jamais fait avant, donc cela a vraiment été un challenge, mais c’est quelque chose que j’ai énormément aimé. C’est très gratifiant de se sentir physiquement capable de telles choses.

Selon vous, quelle est la plus grande force du film ?

En tant qu’actrice, j’attache forcément de l’importance au jeu et je crois que tous les acteurs du film ont vraiment proposé des performances saisissantes. C’est en tout cas ce que j’ai particulièrement aimé voir à l’écran.

Découvrez Last Night in Soho au cinéma, avec Thomasin McKenzie, Anya Taylor-Joy, Matt Smith, Terence Stamp, Rita Tushingham et Diana Rigg.

Alexia Malige

Alexia Malige

Journaliste

Suivez nous !

Quiz One Piece : seul un vrai fan saura qui de Sanji ou Zoro a dit ces phrases

Quiz One Piece : seul un vrai fan saura qui de Sanji ou Zoro a dit ces phrases

Ugly Betty : top 10 des meilleures punchlines de Wilhelmina Slater

Ugly Betty : top 10 des meilleures punchlines de Wilhelmina Slater

Lire aussi
Manipulations : Marc Ruchmann, « je n’avais jamais abordé ce sujet du côté du bourreau » [INTERVIEW]

Manipulations : Marc Ruchmann, « je n’avais jamais abordé ce sujet du côté du bourreau » [INTERVIEW]

Interview avec le mangaka français Victor Dermo : « Je n’avais jamais lu de manga avec des protagonistes noirs »

Interview avec le mangaka français Victor Dermo : « Je n’avais jamais lu de manga avec des protagonistes noirs »

Gossip Girl : Thomas Doherty, « Max a élargi mes notions préconçues sur l’identité sexuelle et le genre » [Interview]

Gossip Girl : Thomas Doherty, « Max a élargi mes notions préconçues sur l’identité sexuelle et le genre » [Interview]

The Unusual Suspects : Jessica Redenbach, « le braquage est une métaphore qui représente bien le féminisme » [INTERVIEW]

The Unusual Suspects : Jessica Redenbach, « le braquage est une métaphore qui représente bien le féminisme » [INTERVIEW]

Les Simpson : personnage préféré, court-métrage su Disney+, notre interview du showrunner Al Jean

Les Simpson : personnage préféré, court-métrage su Disney+, notre interview du showrunner Al Jean

Many Saints of Newark : Ray Liotta, « Il n’est pas nécessaire d’avoir vu Les Soprano pour apprécier le film » [Interview]

Many Saints of Newark : Ray Liotta, « Il n’est pas nécessaire d’avoir vu Les Soprano pour apprécier le film » [Interview]

Celebrity Hunted – Chasse à l’Homme : Franck Gastambide & Ramzy, « il y a une tension qui ne tombe jamais » (INTERVIEW)

Celebrity Hunted – Chasse à l’Homme : Franck Gastambide & Ramzy, « il y a une tension qui ne tombe jamais » (INTERVIEW)

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]