Legacies : Matt Davis (Alaric), « On a un ton à la Buffy, une atmosphère à la Harry Potter »

Publié le 11 février 2020 - 13h20

A l’occasion de l’arrivée de la saison 1 de Legacies, spin-off de The Vampire Diaries et The Originals, sur Syfy le 11 janvier 2020, la rédac de Serieously s’est entretenue avec Matt Davis, interprète iconique d’Alaric Saltzman.

Quelles ont été vos premières réactions quand vous avez vu le script pour Legacies ? Etiez-vous heureux de continuer à jouer votre personnage ?

Matt Davis : Oui je suis très satisfait par le rendu de la série, que ce soit ancré à Mystic Falls mais que bien qu’il fasse partie de l’univers de The Vampire Diaries, c’est vraiment une série à part entière. J’aime travailler avec un cast jeune qu’on met sur le devant de la scène, ils sont extrêmement talentueux. C’est fun d’avoir le côté “monstre de la semaine” à explorer. On s’est beaucoup amusés avec les différentes créatures qui arrivent et c’est un mélange entre les monstres, la magie et les relations entre les étudiants, tout ça dans notre chère ville de Mystic Falls… Donc c’est un véritable plaisir.

The Vampire Diaries a célébré ses dix ans en 2019. Vous souvenez-vous de votre premier jour dans la série ?

MD : Oui, je me souviens de mon premier jour ! Je crois bien que j’avais une scène avec Sara Canning dans le Mystic Grill, si je ne me trompe pas. Et c’était très excitant, vous êtes le petit nouveau donc c’est frais et excitant, et tout le monde a été très accueillant. Nous étions encore au début de cette aventure, et sur le point de devenir la famille Vampire Diaries.

Pensiez-vous jouer le même personnage – surtout un qui est mort à de multiples reprises – aussi longtemps ?

MD : (rires) Non j’en avais aucune idée, j’en reviens toujours pas. Ça passe si vite. A la base Alaric ne devait être qu’une guest star. Je crois que j’avais décroché un arc de 4 épisodes et c’était tout. Mais la synergie a très bien fonctionné, les gens ont eu l’air d’avoir une réaction positive au personnage et du coup à la fin de la première saison, [Alaric, ndlr] est devenu un personnage régulier (rires). Et me voilà 10 ans plus tard !

Josie et Lizzie seront bien plus présentes dans Legacies, elles ont bien grandi. Que pouvez-vous nous dire sur leur relation avec leur père ?

MD : Comme vous dites elles ont bien grandi et vous voyez alors Alaric qui essaye d’être le meilleur père possible pour des adolescentes, avec les angoisses qui vont avec et le fait qu’elles soient jumelles et opposées. Elles sont parfois en compétition et la nature de leur relation a tendance à les mettre en désaccord. Alaric essaye au maximum d’être un père responsable. Et au fur et à mesure de la [première, ndlr] saison vous allez voir que les jumelles auront d’autres chats à fouetter.

Que pouvez-vous nous dire sur l’évolution d’Alaric entre The Vampire Diaries et Legacies ? Il n’est évidemment pas le même qu’il y a 10 ans…

MD : Non, en effet. Il a commencé avec une quête pour se venger de l’homme qui lui a pris sa femme et il cache sa nature de chasseur de vampires sous sa couverture de prof d’histoire. Et qui devient finalement pote avec le vampire qui a pris sa femme. Au fil des années, il a évolué d’ami à tuteur, protecteur, professeur, directeur… Donc maintenant il dirige la Salvatore School dix ans plus tard, et il a mûri.

Dans quel état d’esprit se trouve Alaric au début de la série ?

MD : Il a beaucoup d’espoir. Cela fait quelques années que l’école a été ouverte et il est en contrôle. Et puis ce mystérieux adolescent, Landon, débarque et fait régner le chaos. Alaric est toujours très concerné par le bien-être de ses élèves et protéger l’école des menaces et du monde extérieur.

Avec la fin de The Originals, Hope a maintenant perdu ses deux parents, comment cela va-t-il affecter sa relation avec Alaric dans Legacies ?

MD : Je pense que la dynamique entre Hope et Alaric ressemble à celle que des orphelins peuvent partager, car Alaric se sent comme un orphelin dans sa vie. Il se sent très seul, il a perdu toutes les personnes qu’il aimait et se retrouve plutôt isolé, à la fois émotionnellement et psychologiquement et je pense que c’est plus ou moins la même chose pour Hope. Elle est isolée, elle a perdu sa famille et elle affronte ça seule. Ils se comprennent notamment sur cette solitude qu’ils ressentent chacun.

Paul Wesley (Stefan Salvatore dans The Vampire Diaries) a réalisé un épisode dans la saison 1 de Legacies. Comment s’est passée cette expérience pour vous ?

MD : Oh oui ! C’était génial d’avoir Paul [Wesley, ndlr] de retour, c’était très fun, en plus Paul est un superbe réalisateur et il est très à l’aise dans ce rôle et c’était très facile. Tout le cast [de The Vampire Diaries, ndlr] avait une très bonne alchimie et je pense que ce qui nous unit tous c’est notamment notre sens de l’humour, on se retrouvait à rire en appréciant de vivre cette expérience tous ensemble. Donc d’avoir Paul de retour, c’était un vrai plaisir, de devoir se réhabituer à son ironie et de se raconter nos vies…

La série se déroule dans une école privée qui n’est pas sans rappeler celle de Poudlard ou du Professeur X dans X-Men. Il y a même quelques vibes à la Buffy contre les vampires. Que pensez-vous de ces comparaisons pour Legacies ?

MD : Je pense que c’est très vrai. Je pense que notre série est un mélange intéressant de tout cela. On a un ton à la Buffy, une atmosphère à la Harry Potter et le côté Professeur X… On a pris les forces de tous ces univers, que ce soit consciemment ou inconsciemment, et on les a rassemblées dans notre propre version à Mystic Falls.

Retrouvez la saison 1 de Legacies tous les mardis à 21h sur Syfy à partir du 11 février 2020.

Propos recueillis par Marion Le Coq

Journaliste
marion@serieously.com

Je suis la fille spirituelle de Veronica Mars & Ragnar (Vikings).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est une pizza et du vin devant Friends.
Marion Le Coq on EmailMarion Le Coq on InstagramMarion Le Coq on Twitter