Space Jam – Nouvelle ère, Malcolm D. Lee : « le film nous offre des possibilités folles et infinies » (INTERVIEW)

Partage
Lien copié !

A l’occasion de la sortie de Space Jam – Nouvelle ère en France, Serieously a pu rencontrer son réalisateur Malcolm D. Lee pour discuter de l’univers déjanté du film et de son travail avec LeBron James. Découvrez son interview.

Qu’aimez vous le plus dans Space Jam et son univers ?

Malcolm D. Lee : J’aime les possibilités folles et infinies qu’il offre, le spectacle qu’il propose, mais surtout : j’adore ses personnages. Et je pense que c’est important pour le film, et pour n’importe quel film, qu’on puisse s’attacher aux personnages, qu’ils nous procurent des émotions et qu’ils nous embarquent dans leur monde.

Comment avez-vous abordé ce nouveau Space Jam, avec ses technologies bien plus avancées que le précédent ?

Malcolm D. Lee : Les producteurs voulaient un gros film, impressionnant. On voulait être sûrs de profiter de toutes les technologies qui étaient à notre disposition. On veut être pertinent dans ce qu’on montre, ce qu’on développe dans le monde d’aujourd’hui, avec notamment les intelligences artificielles ou encore l’importance des algorithmes sur internet. Et c’était incroyable d’avoir tous ces effets visuels, j’ai beaucoup appris pendant le tournage, d’autant plus que c’est ma première expérience dans l’animation.

space-jam-lebron-james
Warner Bros.

Quel a été votre plus grand défi dans la création du film ?

Malcolm D. Lee : Assurément c’était de garder l’esprit des Tunes que l’on connaît parfaitement, dans leur version 3D qu’on voit pendant une grande partie du film. Ce n’est pas simple de reproduire ce style si particulier et il fallait garder leur charme que les fans aiment tant.

Comment c’était de diriger LeBron James ?

Malcolm D. Lee : LeBron est génial et il a déjà beaucoup d’expérience devant la caméra depuis 18 ans. Il est très pro, il connaît toutes ses répliques et il veut donner le meilleur de lui-même.

Space Jam – Nouvelle ère débarque ce mercredi 21 juillet en salles ! Découvrez notre interview vidéo du casting.

Romain Cheyron

Romain Cheyron

Journaliste - Responsable pôle News

Suivez nous !

Gossip Girl : Blake Lively n’est absolument pas fière de Serena van der Woodsen

Gossip Girl : Blake Lively n’est absolument pas fière de Serena van der Woodsen

Twilight : ces séries où retrouver les acteurs de la saga culte

Twilight : ces séries où retrouver les acteurs de la saga culte

Lire aussi
The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

Interview Docteure Doogie, Kourtney Kang : « l’héroïne est presque écrite comme une super-héroïne »

Interview Docteure Doogie, Kourtney Kang : « l’héroïne est presque écrite comme une super-héroïne »

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]

Escape Game 2 : Adam Robitel, « c’est un thriller vengeur intense ! »

Escape Game 2 : Adam Robitel, « c’est un thriller vengeur intense ! »

Ainbo, princesse d’Amazonie : Richard Claus, « Je crois que notre héroïne peut être un modèle pour les filles d’aujourd’hui » (INTERVIEW)

Ainbo, princesse d’Amazonie : Richard Claus, « Je crois que notre héroïne peut être un modèle pour les filles d’aujourd’hui » (INTERVIEW)

Comment je suis devenu super-héros : Douglas Attal, « c’est un terrain parfait pour faire un film de super-héros en France » (INTERVIEW)

Comment je suis devenu super-héros : Douglas Attal, « c’est un terrain parfait pour faire un film de super-héros en France » (INTERVIEW)

Ma famille afghane : Michaela Pavlátová, « Le film parle avant tout d’humanité, de courage et de tolérance » (INTERVIEW)

Ma famille afghane : Michaela Pavlátová, « Le film parle avant tout d’humanité, de courage et de tolérance » (INTERVIEW)

The Deep House : « le but était de casser les codes de la maison hantée » (INTERVIEW)

The Deep House : « le but était de casser les codes de la maison hantée » (INTERVIEW)

The Deep House, Camille Rowe : « mon angoisse d’être enfermée m’a fait hésiter » (INTERVIEW)

The Deep House, Camille Rowe : « mon angoisse d’être enfermée m’a fait hésiter » (INTERVIEW)

Cruella : 6 questions à Joel Fry et Paul Walter Hauser (INTERVIEW)

Cruella : 6 questions à Joel Fry et Paul Walter Hauser (INTERVIEW)