Duncanville : on a parlé avec (Queen) Amy Poehler de la folle série animée (INTERVIEW)

Partage
Lien copié !

Fraîchement débarquée sur Prime Video, la série animée Duncanville a tout pour plaire. Raison numéro 1 ? Elle est signée Mike Scully, l'un des papas des Simpson. Rien que ça. Raison numéro 2 ? Amy Poehler à l'écriture... et qui prête également sa voix à deux personnages !

Si le plus grand nombre connaît Amy Poehler via son personnage de Leslie Knope dans Parks and Recreation,l’actrice bosse désormais sur une nouvelle série comique… cette fois animée ! Duncanville est disponible sur Prime Video et suit une folle famille, entre Duncan, ado blasé, sa mère qui ne s’arrête JAMAIS, son père qui veut être son pote et sa soeur… qui rêve de l’épouser. Du challenge de prêter sa voix aux guests qu’elle rêve d’inviter, interview.

Vous aviez déjà un peu travaillé avec Mike Scully sur Parks and Recreation. Était-ce une promesse de vous retrouver sur une nouvelle comédie ?

Amy Poehler : Oui, totalement ! J’ai toujours voulu travailler sur une série animée, surtout si Mike Scully (ndlr, showrunner des Simpson) est aux manettes, c’est une légende dans ce milieu. Donc quand on a eu l’occasion de travailler ensemble sur Parks, je lui ai fait savoir que j’espérais retravailler avec lui, et nous nous sommes dit qu’il fallait qu’on trouve notre nouveau projet, même s’il prendrait des années. Un jour je lui ai pitché l’envie de doubler un jeune garçon, pour plusieurs raisons différentes : j’ai pu donner ma voix ou incarner tellement de femmes incroyables que cette fois-ci, je voulais le faire avec un jeune garçon. Il y a certains profils extraordinaires dans l’animé, regardez Bart Simpson, il doit être incroyable à doubler. Et puis, j’ai incarné tellement de personnages avec de l’énergie, de la passion, que j’ai dit à Mike que cette fois-ci je voulais un personnage qui s’en foutait, d’absolument tout. Il ne parle même pas beaucoup à vrai dire (rires).

Vous doublez aussi la mère de Duncan, on dirait que vous aimez les challenges…

Amy Poehler : En effet ! Et là on est clairement à l’opposé côté personnage. Elle essaye toujours de sortir Duncan de ses problèmes, c’est le genre de femme tellement petite qu’elle doit monter sur une chaise pour hurler sur son fils. C’est hilarant à jouer et j’avoue, ça aide un peu à se défouler.

Une préférence entre incarner les problèmes d’un adolescent et ceux de sa mère, du coup ?

Amy Poehler : C’est génial de jouer Duncan parce que les teenagers… vous savez c’est drôle pour moi d’en parler avec vous, une journaliste française, parce que j’ai toujours eu l’habitude de dire en blaguant que pour moi, la chose le plus terrifiante du monde, c’est un ado français (rires). Ils ont l’air si cool ça fait peur. Je me rappelle d’un jour quand j’étais teenager à la plage, un groupe de jeunes français est sorti de nulle part, ils avaient l’air si cool, à fumer des cigarettes, avec leurs fringues hyper stylées, ils parlaient entre eux et je ne comprenais rien. Et je me disais “oh non, ces ados français… ils ne vont JAMAIS me trouver cool”. Duncan au contraire n’est pas cool, il est bizarre, il se plaint tout le temps, il est obsédé par une meuf, il ne sait même pas vraiment comment vivre, c’est juste un gros bébé. C’est si drôle de pouvoir incarner une personne aussi inconsciente.

Des Simpson en passant par Les Griffin ou encore South Park, certains animés sont de gros cartons. Selon vous, quelle la recette secrète pour faire cartonner une série animée ?

Amy Poehler : C’est ce que j’aime avant tout dans l’animation : tout dépend de l’écriture. Il faut qu’il y ait beaucoup, beaucoup de blagues, que ce soit pertinent, ça peut sembler évident mais en réalité c’est tellement important. C’est ce que j’aime dans Duncanville, c’est le nombre de blagues à la minute, ça n’arrête pas, c’est fou. Donc pour moi en premier c’est l’écriture et en deuxième ce sont les personnages. Ce sont le genre de personnes que vous voulez voir tous les jours dans votre salon. Pas forcément vivre avec eux hein, mais en tout cas prendre des nouvelles, oui ! En troisième je dirais qu’il faut un vrai ton. Les séries animées peuvent traiter de sujets parfois sérieux, ou difficiles à évoquer, mais via de l’humour ça change absolument tout. Une pointe d’ironie, quoi.

S’il était possible de faire venir n’importe quelle guest star dans Duncanville, vous choisiriez qui ?

Amy Poehler : Oooh bonne question…. hmm… voyons voir… Peut-être euuuh les membres de BTS (rires). Je pense que stratégiquement c’est le plus intéressant (rires).

Je pense que de nombreux fans de Parks and Recreation ont pensé à Leslie Knope quand Joe Biden a été élu… Selon vous, comment aurait-elle réagi à cette élection ?

Amy Poehler : Oh, merci (en français, ndlr). Je pense que Leslie serait…. tellement surexcitée. Je pense qu’à l’heure où on parle, elle est encore en train de fêter ça. L’expérience en général de Parks and Rec était tellement incroyable pour moi que c’est toujours très drôle et en même temps génial que Leslie soit encore rattachée à Joe Biden dans la tête des gens (rires). Parce qu’il n’y a rien que Leslie voudrait plus sur Terre. Donc là je pense qu’elle est encore entrain de danser quelque part.

Duncanville avec Amy Poehler, dispo sur Prime Vidéo.

Aurelia Baranes

Aurelia Baranes

Co-fondatrice - Rédactrice en chef

Suivez nous !

PLL, Revenge… 7 intrigues de séries qui ont duré trop longtemps

PLL, Revenge… 7 intrigues de séries qui ont duré trop longtemps

Minute mode : adopte le look de Shay Mitchell (Pretty Little Liars)

Minute mode : adopte le look de Shay Mitchell (Pretty Little Liars)

Lire aussi
Manipulations : Marc Ruchmann, « je n’avais jamais abordé ce sujet du côté du bourreau » [INTERVIEW]

Manipulations : Marc Ruchmann, « je n’avais jamais abordé ce sujet du côté du bourreau » [INTERVIEW]

Interview avec le mangaka français Victor Dermo : « Je n’avais jamais lu de manga avec des protagonistes noirs »

Interview avec le mangaka français Victor Dermo : « Je n’avais jamais lu de manga avec des protagonistes noirs »

Gossip Girl : Thomas Doherty, « Max a élargi mes notions préconçues sur l’identité sexuelle et le genre » [Interview]

Gossip Girl : Thomas Doherty, « Max a élargi mes notions préconçues sur l’identité sexuelle et le genre » [Interview]

The Unusual Suspects : Jessica Redenbach, « le braquage est une métaphore qui représente bien le féminisme » [INTERVIEW]

The Unusual Suspects : Jessica Redenbach, « le braquage est une métaphore qui représente bien le féminisme » [INTERVIEW]

Les Simpson : personnage préféré, court-métrage su Disney+, notre interview du showrunner Al Jean

Les Simpson : personnage préféré, court-métrage su Disney+, notre interview du showrunner Al Jean

Many Saints of Newark : Ray Liotta, « Il n’est pas nécessaire d’avoir vu Les Soprano pour apprécier le film » [Interview]

Many Saints of Newark : Ray Liotta, « Il n’est pas nécessaire d’avoir vu Les Soprano pour apprécier le film » [Interview]

Last Night in Soho : Thomasin McKenzie, “J’ai tout de suite réalisé que ce film allait être particulier » [Interview]

Last Night in Soho : Thomasin McKenzie, “J’ai tout de suite réalisé que ce film allait être particulier » [Interview]

Celebrity Hunted – Chasse à l’Homme : Franck Gastambide & Ramzy, « il y a une tension qui ne tombe jamais » (INTERVIEW)

Celebrity Hunted – Chasse à l’Homme : Franck Gastambide & Ramzy, « il y a une tension qui ne tombe jamais » (INTERVIEW)

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]