Euphoria : Labrinth, « Les ados sont tombés amoureux des chansons de la première saison et ça c’est incroyable ! » (INTERVIEW)

Partage
Lien copié !

La saison 2 d’Euphoria a encore frappé un grand coup. Battant des records d’audience chez HBO, ce second volet de la teen série pensée par Sam Levinson a continué d’appuyer sur des points douloureux chez la jeunesse. Encore plus belle et plus puissante que sa grande soeur, cette saison 2 a été sublimée par les accords musicaux de Labrinth. Rencontre avec le compositeur et producteur britannique. 

Chez Euphoria, il y a évidemment Sam Levinson, créateur menant d’une main de fer cette teen série définitivement pas comme les autres;  Zendaya, actrice principale mais également productrice de la série et Labrinth, l’homme de l’ombre qui se charge de mettre en musique chacun des instants de la série. Depuis la sortie de la saison 1 d’Euphoria, Labrinth est passé au stade de superstar tant la bande-originale du show cartonne. À l’occasion d’une table ronde avec l’auteur, compositeur, musicien, interprète et producteur (rien que ça), Serieously a pu lui poser quelques questions.

Peux-tu nous en dire plus sur ton approche initiale pour mettre en musique une série comme Euphoria ? As-tu dû faire certains compromis artistiques par rapport à ta façon de travailler habituelle ? 

Labrinth : Aucun ! Personne ne se met en travers de mon chemin quand il s’agit de composition (rires) ! Non, plus sérieusement quand j’ai commencé à parler à Sam [Levinson, Ndlr] pour la série, il m’a quasiment poussé à faire la musique  que j’avais l’habitude de faire. Il est surtout intervenu pour me dire « Hé Lab, j’aimerais bien un peu de funk ici, un peu de classique là », ses recommandations ont été plus inspirantes que dictatoriales.

Beaucoup de changements ont eu lieu entre les deux saisons et la série est devenue un classique pendant que d’autres la découvrent. Qu’est-ce qui a changé pour toi ?

Labrinth : Tu viens de le dire, l’exposition a changé pas mal de choses. Des gens découvrent la série et la bande-originale de la première saison a pu être écoutée et réécoutée. On a même vu certains cartons sur TikTok,  les ados sont tombés amoureux des chansons de la première saison et ça c’est incroyable !

Il semblerait que certains délais aient été très courts sur cette saison 2. Comment s’est passée cette période de création alors que la série était diffusée cet instant précis ? Et comment fais-tu pour rester aussi créatif dans n’importe quelle situation ? 

Labrinth : Oui, cette saison certains scripts et certains épisodes étaient encore en construction alors que d’autres épisodes étaient diffusés. Tout ceci a été très intense mais à mon sens, ça n’a rendu les choses qu’encore plus excitantes. Du coup, on a beaucoup traîné chez HBO et ça a permis aux acteurs de voir sur quoi j’étais en train de travailler une semaine avant que ça ne soit diffusé. Ces temps courts nous ont permis de voir quasiment en temps réel les réactions des gens qui regardaient la série !

euphoria_labrinth
© HBO

Pendant cette saison 2 d’Euphoria, on a pu te voir pour la première fois face à la caméra dans la scène de l’église. T’attendais-tu à passer un jour de ce côté-là de l’écran ? Et comment as-tu vécu cette expérience ? 

Labrinth : Dès le début, j’ai dit « Si vous voulez que cette série tienne la route, vous avez tout intérêt à m’y mettre » (rires). On a donc discuté, avec un ami à nous, de comment je pourrais intervenir dans la série. Sam a dit « J’ai une superbe idée et j’ai besoin de la chanson dans deux jours ». J’ai pensé « Hé merde » ! On s’est alors accordé du temps avec Zendaya en studio et on a écrit I’m Tired et, je n’allais pas vraiment apparaître dans la série mais je lui ai demandé « Tu penses que je devrais le faire ? » et elle a dit « 100% sûre ». Deux jours après j’étais sur le plateau. Tout s’est fait facilement ! Sam, Zendaya et moi on s’entend vraiment bien créativement parlant. Ça a été simple côté collaboration et agréable côté expérience !

Peux-tu nous parler plus en détail de la chanson chantée par Dominic Fike, Little Star ? As-tu collaboré avec l’interprète d’Eliott pour cette chanson ? 

Labrinth : En réalité, on a écrit cette chanson avec Zendaya, ma femme et moi. Ce qu’il s’est exactement passé c’est que Zendaya est arrivée avec l’idée d’une chanson et elle m’a dit « Eliott a besoin d’une chanson qu’il doit chanter à Rue pour lui dire qu’il est désolé et qu’il aurait voulu que les choses n’aient pas à se terminer ainsi et aussi pour lui dire au revoir », et elle s’est mise à chanter une mélodie. Comme on travaille avec Sam, il nous a rapidement dit qu’il en avait besoin pour dans deux jours… Dominic est donc venu enregistrer sa voix pendant que je jouais de la guitare, on a un peu tous collaboré à cette chanson !

Il faut savoir que la plupart des membres du casting venaient à mon studio entre deux prises pour voir où j’en étais. Angus [Cloud, alias Fezco, Ndlr] venait beaucoup et c’est dans ces conditions que la plupart des chansons pour Euphoria ont été écrites.

Enfin, j’aimerais savoir s’il y a eu une scène en particulier, toutes saisons d’Euphoria confondues, qui a été difficile à mettre en musique ? 

Labrinth : C’est l’une des premières scènes de la saison 2, celle où la grand-mère de Fez s’effondre. Je pense que j’ai fait à peu près 5 morceaux différents ! On essayait d’y mettre un peu de funk et c’était supposé être très simple mais le funk est une musique parfois un peu ringarde. Et ça peut l’être de deux façons : ça sonne parfois comme un film porno de mauvais goût ou comme une musique too much. Je ne voulais pas que la musique ait l’air ni de l’un, ni de l’autre, ça a été vraiment difficile de trouver le juste milieu. À vrai dire, toutes les scènes ont eu leur difficulté mais pas autant que celle-ci.

Les saisons 1 et 2 d’Euphoria sont disponibles sur OCS.

Amandine Rouhaud

Amandine Rouhaud

Journaliste

Suivez nous !

Quiz Les Sims : donne nous ton signe astro, on devinera comment tu tues tes Sims

Quiz Les Sims : donne nous ton signe astro, on devinera comment tu tues tes Sims

Zoom sur Origins et ses ingrédients naturels

Zoom sur Origins et ses ingrédients naturels

Lire aussi
Buzz l’éclair : Angus MacLane, « L’idée était de faire un thriller de sci-fi cool » [Interview]

Buzz l’éclair : Angus MacLane, « L’idée était de faire un thriller de sci-fi cool » [Interview]

Top Gun Maverick : Joe Kosinski, Jerry Bruckheimer : « Les acteurs du film ont totalement vécu ce que les pilotes vivent » (INTERVIEW)

Top Gun Maverick : Joe Kosinski, Jerry Bruckheimer : « Les acteurs du film ont totalement vécu ce que les pilotes vivent » (INTERVIEW)

Qui a tué Sara ? (Netflix) : Alejandro Nones, « C’est génial de pouvoir jouer un personnage comme Rodolfo »

Qui a tué Sara ? (Netflix) : Alejandro Nones, « C’est génial de pouvoir jouer un personnage comme Rodolfo »

Ténor : MB14 et Michèle Laroque, « Le chant rapproche et lie des gens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres » [Interview]

Ténor : MB14 et Michèle Laroque, « Le chant rapproche et lie des gens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres » [Interview]

Shining Girls, Silka Luisa et Michelle McLaren : « c’est tellement rare de voir une histoire qui parle de survivre à un traumatisme avec autant d’authenticité » (INTERVIEW)

Shining Girls, Silka Luisa et Michelle McLaren : « c’est tellement rare de voir une histoire qui parle de survivre à un traumatisme avec autant d’authenticité » (INTERVIEW)

Downton Abbey II, Une Nouvelle Ere : Simon Curtis, un film « chaleureux, émotionnel et tendre » (INTERVIEW)

Downton Abbey II, Une Nouvelle Ere : Simon Curtis, un film « chaleureux, émotionnel et tendre » (INTERVIEW)

Gentleman Jack : Sally Wainwright, « l’idée était d’adapter ce mariage très transgressif à l’écran » (INTERVIEW)

Gentleman Jack : Sally Wainwright, « l’idée était d’adapter ce mariage très transgressif à l’écran » (INTERVIEW)

Deep Fear : Victor Meutelet, Sofia Lesaffre, « Le film est une vraie proposition à part » (INTERVIEW)

Deep Fear : Victor Meutelet, Sofia Lesaffre, « Le film est une vraie proposition à part » (INTERVIEW)

Moon Knight, interview de May Calamawy (Layla) : « la série est vraiment psychologiquement crue »

Moon Knight, interview de May Calamawy (Layla) : « la série est vraiment psychologiquement crue »

Pachinko : Soo Hugh, « L’histoire de Sunja fait écho à l’expérience de tant de personnes et ce que leurs familles ont traversé » (INTERVIEW)

Pachinko : Soo Hugh, « L’histoire de Sunja fait écho à l’expérience de tant de personnes et ce que leurs familles ont traversé » (INTERVIEW)