Gossip Girl : Thomas Doherty, « Max a élargi mes notions préconçues sur l’identité sexuelle et le genre » [Interview]

Partage
Lien copié !

Après une première diffusion aux États-Unis cet été, le reboot de Gossip Girl arrive enfin en France le 23 novembre sur Warner TV. L’occasion idéale pour Serieously de s’entretenir avec l’acteur écossais Thomas Doherty, qui campe le rôle du mystérieux hédoniste Max Wolfe.

« Ici Gossip Girl, je vous ai manqué ? » Si on connaît tou.te.s la série culte des années 2000, la jeune élite new-yorkaise fait son grand retour dans une version modernisée de Gossip Girl, ce 23 novembre sur Warner TV. Et c’est une toute nouvelle génération qui succède à l’histoire originale, huit ans après la fermeture du site de la fameuse blogueuse anonyme.

Cette fois-ci, on suit la jeune influenceuse Julien (Jordan Alexander) et sa bande, qui se retrouve prise pour cible par une Gossip Girl 2.0, bien décidée à révéler tous les secrets des lycéens sur les réseaux sociaux. On retrouve d’ailleurs la voix de Kristen Bell, qui prête à nouveau son timbre à la mystérieuse blogueuse. A l’occasion du lancement du reboot, Serieously a pu s’entretenir avec l’acteur écossais Thomas Doherty qui y interprète le rôle de Max Wolfe, un esprit libre et énigmatique qui ne dit (presque) jamais non à une expérience enivrante.

Étiez-vous déjà fan de Gossip Girl avant d’auditionner pour le reboot ?

Je n’ai jamais vraiment regardé Gossip Girl quand j’étais en Ecosse. Je pense que j’avais 12 ou 13 ans quand c’est sorti. Mais il y a un ou deux ans, mon ex-petite amie regardait la série, et comme j’étais toujours là quand c’était à l’écran, on peut dire que je suis devenu accro. (Rires) J’ai ensuite entendu dire qu’il y avait des auditions pour le reboot, j’ai donc auditionné et j’ai été pris ! 

C’était fou parce que c’est une série tellement emblématique. Je pense que j’ai aussi été beaucoup attiré par le fait que ce soit HBO Max qui se charge du projet. J’étais vraiment emballé par ce qu’ils pouvaient en faire et par les personnages. Et puis j’aime tellement New York, je me suis dit que je devais absolument y vivre. 

gossip-girl-reboot
© HBO Max

Avez-vous regardé à nouveau toute la série pour vous préparer à votre rôle ? 

Oui, je l’ai fait ! Enfin, j’ai sauté les trois premières saisons puis j’ai tout regardé de la saison 3 à la fin. Cela dit, je pense que c’était vraiment important pour moi de créer mon propre personnage. La série a été diffusée il y a plus de dix ans, et je ne voulais pas être trop influencé par ce qui avait déjà été fait. Je ne voulais pas que ce soit une réplique mais plutôt une continuation de Gossip Girl.

Quelle est selon vous la principale nouveauté que le reboot apporte à l’univers de Gossip Girl ?

Je pense que les créateurs ont réussi à adapter la série au contexte actuel, que ce soit en termes de réseaux sociaux et comment notre société existe aujourd’hui ! Mais ce qui m’a également beaucoup attiré au projet, c’est la diversité du casting dans la représentation ethnique, l’identité sexuelle et le genre. C’était très important pour moi de savoir que cela allait être le cas. 

Comment décririez-vous votre personnage, Max, et est-ce que vous vous identifiez à lui d’une certaine manière ?

Max est un personnage très intéressant ! Il est très amusant et hédoniste. Il aime beaucoup s’amuser, boire, se droguer et faire des choses en cachette. Mais il connait ses limites. C’est quelqu’un de très structuré dans sa façon de vivre ce style de vie. Je pense qu’en termes de similitudes entre moi et Max… Je suppose que nous sommes tous les deux assez effrontés. Mais je ne sais pas trop pour le reste. (Rires)

gossip-girl-max
© HBO Max

Quel a été le plus grand challenge en interprétant ce rôle ? 

C’était sans aucun doute l’accent ! Il est américain et c’était un vrai défi pour moi parce que quand on joue, on doit être présent dans le moment pour faire du bon travail. Mais là, je devais à la fois être conscient de mon accent, des placements de ma voix et de tout le reste. Donc je trouvais cela assez difficile. Pour ce qui est du personnage lui-même, j’ai eu tellement de temps pour me préparer et incarner Max que quand je suis arrivé sur le tournage, ça s’est fait naturellement. Même si à l’origine, j’avais auditionné pour le personnage d’Obie (interprété par Eli Brown).

Assez rapidement, Max développe un triangle amoureux avec les personnages Aki et Audrey. Y a-t-il quelque chose de particulier que vous avez appris en jouant cet arc narratif ? 

Ca a été clairement éducatif ! Max est pansexuel, ce qui a élargi mes notions préconçues sur l’identité sexuelle et l’identité de genre. Ça a remis en question mes croyances, mes idées et mes pensées déjà existantes à ce sujet. Ce dont je suis très reconnaissant. C’est très libérateur d’être exposé à cela de manière aussi intense. De vraiment plonger dedans et d’explorer cela en tant que personnage mais aussi en tant que personne. Oui, je suppose que le mot que j’utiliserais est « libérateur ».

gossip-girl-max-aki-audrey
© HBO Max

Finalement, à quel point cela a-t-il été un défi de faire suite au succès planétaire de Gossip Girl ? 

Je pense que c’était assez intimidant au départ parce que je voyais à quel point Gossip Girl est culte — et il n’y a rien d’aussi puissant que la nostalgie. On a forcément la crainte que les gens regardent la série à travers le voile de cette nostalgie mais au bout d’un moment, j’ai réalisé que c’était contre-productif pour moi de penser de cette façon. C’est une suite, mais c’est aussi un projet à part entière, avec de nouveaux personnages et de nouveaux mystères. J’ai passé un bon moment sur le tournage, et j’espère simplement que les gens vont apprécier la série  !

Retrouvez Gossip Girl sur Warner TV.

Thilda Riou

Journaliste

Suivez nous !

Grey’s Anatomy : impossible d’avoir 10/10 à ce quiz vrai ou faux sur Alex Karev

Grey’s Anatomy : impossible d’avoir 10/10 à ce quiz vrai ou faux sur Alex Karev

Teen Wolf, Grey’s Anatomy…ces couples de séries qui se sont séparés parce que l’acteur est parti

Teen Wolf, Grey’s Anatomy…ces couples de séries qui se sont séparés parce que l’acteur est parti

Lire aussi
Manipulations : Marc Ruchmann, « je n’avais jamais abordé ce sujet du côté du bourreau » [INTERVIEW]

Manipulations : Marc Ruchmann, « je n’avais jamais abordé ce sujet du côté du bourreau » [INTERVIEW]

Interview avec le mangaka français Victor Dermo : « Je n’avais jamais lu de manga avec des protagonistes noirs »

Interview avec le mangaka français Victor Dermo : « Je n’avais jamais lu de manga avec des protagonistes noirs »

The Unusual Suspects : Jessica Redenbach, « le braquage est une métaphore qui représente bien le féminisme » [INTERVIEW]

The Unusual Suspects : Jessica Redenbach, « le braquage est une métaphore qui représente bien le féminisme » [INTERVIEW]

Les Simpson : personnage préféré, court-métrage su Disney+, notre interview du showrunner Al Jean

Les Simpson : personnage préféré, court-métrage su Disney+, notre interview du showrunner Al Jean

Many Saints of Newark : Ray Liotta, « Il n’est pas nécessaire d’avoir vu Les Soprano pour apprécier le film » [Interview]

Many Saints of Newark : Ray Liotta, « Il n’est pas nécessaire d’avoir vu Les Soprano pour apprécier le film » [Interview]

Last Night in Soho : Thomasin McKenzie, “J’ai tout de suite réalisé que ce film allait être particulier » [Interview]

Last Night in Soho : Thomasin McKenzie, “J’ai tout de suite réalisé que ce film allait être particulier » [Interview]

Celebrity Hunted – Chasse à l’Homme : Franck Gastambide & Ramzy, « il y a une tension qui ne tombe jamais » (INTERVIEW)

Celebrity Hunted – Chasse à l’Homme : Franck Gastambide & Ramzy, « il y a une tension qui ne tombe jamais » (INTERVIEW)

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]