Miraculous : cette célèbre héroïne de dessins animés des années 80 a inspiré le personnage de Ladybug

Miraculous : cette célèbre héroïne de dessins animés des années 80 a inspiré le personnage de Ladybug

Partage
Lien copié !

La mode est une boucle infinie, ce qui se faisait avant redevient populaire aujourd’hui. Et Thomas Astruc, la tête pensante de Miraculous ne dira pas le contraire puisqu’il ne se cache pas d’avoir repris certains codes d’anime japonais culte des années 80 pour créer le personnage de Ladybug.

C’est en octobre 2015 que le monde entier découvre Miraculous. Très vite, ce dessin animé d’apparence destiné aux enfants a conquis le cœur de plusieurs générations aux quatre coins du monde. Petits et grands sont alors devenus de véritables fans de ce divertissement et attendent aujourd’hui avec impatience la sixième saison.

Les enfants se prennent d’affection pour les kwamis et le côté super-héros, tandis que les adultes replongent au cœur de leur enfance puisque Miraculous reprend les codes de leurs dessins animés culte. A ce sujet, Thomas Astruc a confirmé s’être inspiré d’anime emblématiques des années 80 pour confectionner son programme. Et plus précisément celui de Sailor Moon.

Le dessin animé Miraculous a été influencé par les années 80

C’est au micro de l’émission La loi des séries du média VL que Thomas Astruc a confié que les dessins animés du genre « magical girl », notamment Sailor Moon, ont été des influences lors de la création de Ladybug. « Je regardais toutes ces émissions-là à la télévision. Donc forcément, ça m’a marqué (…) Mon travail n’était pas non plus de copier bêtement les codes de la magical girl, mais de se les approprier » .

Et souvenez-vous, les héros d’anime de cette décennie avaient pour habitude d’utiliser des incantations pour se transformer en héroïne afin de combattre le grand méchant. Un gimmick que l’on retrouve dans Miraculous, lorsque Marinette devient Ladybug.

Usagi Tsukino, posant devant la lune dans l'anime Sailor Moon
© Toei Animation

Au cours de l’émission, Thomas Astruc a aussi évoqué le format du dessin animé qui est construit de sorte à ce que n’importe quel spectateur puisse reprendre la série en cours de route, sans pour autant être perdu dans l’histoire. Une formule qui fait une nouvelle fois écho aux anime des années 80, dont Sailor Moon, mais aussi Cherry Miel, programme qui a été diffusé dans le Club Dorothée.

Comme l’a souligné l’animateur de La loi des séries, Cherry Miel mettait en scène à chaque épisode un grand méchant qui était à la fin tué par l’héroïne. Une mécanique que l’on retrouve aussi dans Miraculous, et qui confirme que les années 80 ont été une source d’inspiration pour les aventures de Marinette.

Alexis Savona

Alexis Savona

Journaliste

Suivez nous !