Le portrait culte de la semaine : Fleabag

9 mai 2019 - 13h42

On ne présente plus Fleabag la merveilleuse série de Phoebe Waller-Bridge, disponible sur Amazon. On tire le portrait culte de cette antihéroïne divinement imparfaite.

Ma première réplique

Il est 2h du matin. Je suis chez moi. Et je m’apprête à retrouver un mec qui me plaît beaucoup trop, mais comme je suis ivre, je décide d’attendre plantée devant ma porte, pour pouvoir l’accueillir avec tout le flegme que j’essaie d’avoir depuis des années et que je n’ai pas. « Tu sais ce que ça fait quand un mec envoie un message à 2h du mat’  un mardi pour te demander s’il peut venir te voir et que tu as sous-entendu que tu viens de rentrer. Alors tu sors du lit, tu t’enfiles du vin, passes sous la douche, rases tout, sors des sous-vêtements sexy, porte-jarretelles et tout le tralala et attends à la porte que ça sonne ? ». Salut, moi c’est Fleabag.

Pourquoi je suis culte

Personne ne m’a vue venir. Dans la galerie des personnages féminins de séries, je suis arrivée comme une fée pleine de vin, avec mon deuil et mes envies de réussite, mes gros sabots et le besoin d’être aimée. J’ai l’existence de tout le monde, et on peut s’identifier à moi dès les premières secondes. Pourquoi ? Car je commets des erreurs. Beaucoup d’erreurs. Comme vous quoi, alors la ramenez pas trop.

Pourquoi vous vous attachez à moi

Je suis peut-être très immature, mais du coup je rassure. Je permets au spectateur de s’installer et de regarder mes conneries s’enchaîner, comme un bon divertissement. Mais comme avec moi on ne s’ennuie absolument jamais, je vous balance un joli sous-texte sous votre minois : mon mal-être suite à la mort de ma meilleure amie, la culpabilité que je bois comme un café trop chaud tous les matins, mon sentiment constant d’illégitimité. Vous avez ressenti au moins une fois ce besoin d’être validé, malgré mes casseroles.

Pourquoi je vous fascine

Je suis un personnage qui désire tout : l’argent, être bien avec sa sœur, être la fille parfaite en étant imparfaite, je veux que l’on couche avec moi, mais tout ça est inatteignable sans égratigner le monde qui m’entoure, et moi avec. On ne connaît pas non plus mon vrai nom, Fleabag en anglais, c’est « sac à puces ». Littéralement, je n’en ai pas bande de dégoûtants, mais on a tous nos bêtes noires, notre lot de tristesses, de débris en nous. Le fait que je vous parle directement vous intègre totalement dans mon vécu, vous êtes au secret et en même temps je vous gêne un peu avec mes regards en coin. On aime.

Hannah Benayoun
Journaliste
Fille spirituelle de Leslie Knope dans Parks and Recreation et de Thomas Shelby des Peaky Blinders.
Let them binge parfait: regarder Friends avec une girafe, mais clairement je ne l'ai jamais fait.