Shining Girls, Silka Luisa et Michelle McLaren : « c’est tellement rare de voir une histoire qui parle de survivre à un traumatisme avec autant d’authenticité » (INTERVIEW)

Partage
Lien copié !

Disponible depuis le 29 avril sur Apple TV+, Shining Girls est adaptée du livre de même nom. La série retrace l’histoire de Kirby (Elisabeth Moss) dont la vie a été bouleversée par une agression violente il y a plusieurs années. Alors qu’elle apprend qu’un meurtre a eu lieu dans les mêmes circonstances que son agression, elle se met à faire équipe avec un journaliste pour traquer et découvrir l’identité du tueur. Ce thriller porté par Elizabeth Moss et Jamie Bell, est un voyage aussi captivant que bouleversant dans les souvenirs. Rencontre avec Silka Luisa, la créatrice de la série et avec Michelle McLaren, l’une des réalisatrices.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’adapter ce livre, The Shining Girls, en format série pour la télévision ? 

Silka Luisa : J’avais lu le livre au moment de sa sortie et j’en suis tombée fan immédiatement. Il y a tout ce que j’aime. J’ai particulièrement adoré le personnage de Kirby. Je me suis tout de suite sentie liée à elle, c’est tellement rare de voir une histoire qui parle de survivre à un traumatisme avec autant d’authenticité. Elle est si vulnérable et elle va toujours de l’avant en même temps. Donner vie à ce personnage, c’est ce qui m’a conduite à ce projet !

Michelle McLaren : Le script était brillant. J’ai tout de suite adoré l’écriture de Silka [Luisa, la showrunneuse, NDLR] et sa façon de voir les choses. En plus, Elizabeth Moss était déjà impliquée dans le projet, puisqu’elle en est productrice, et travailler avec elle m’emballait. Elle joue un personnage si complexe qui nécessite un acteur aux qualités multiples comme elle. Il y avait pour moi, en tant que réalisatrice, un mélange des genres que je n’avais encore jamais exploré.

shininggirls_jamie-bell
© Apple TV+

Avez-vous eu besoin de beaucoup retravailler l’histoire pour l’adapter au mieux au format série ? 

Silka Luisa : Autant j’ai adoré le livre tel quel, le transposer à la télévision a effectivement demandé certains changements. Dans la structure, notamment. Le livre est construit principalement sur les points de vue de Harper et Kirby, c’est partagé. Et parce que j’ai adoré Kirby, son histoire sur l’après choc-traumatique, que je voulais que la série soit écrite quasiment entièrement de son point de vue. Je pense d’ailleurs que pour le mystère, c’est bien meilleur car le spectateur suit un seul personnage. On peut alors assembler le puzzle en même temps qu’elle et c’est uniquement quand elle assemble le tout, que l’on comprend ce qu’il se passe.

silka-luisa_shininggirls
© AppleTV+

Et vous, Michelle, avez-vous, en tant que réalisatrice, été impliquée dans l’écriture du scénario ?

Michelle McLaren : Silka est une merveilleuse scénariste et tout était quasiment déjà écrit quand je suis arrivée sur le projet. Après, il est difficile de mettre en images quelque chose sans y changer deux-trois petits trucs. Nous avons collaboré sur certains détails qui avaient besoin d’être affinés mais Silka avait déjà fait un travail incroyable sur l’interprétation du livre en scénario. 

Quel a été le plus gros challenge pour vous deux, à la fois dans l’adaptation de ce livre pour la télévision et dans sa réalisation ? 

Silka Luisa : Je pense que le plus gros challenge a été de construire le mystère. Il faut savoir jauger pour en avoir suffisamment tout au long des épisodes, mais il faut aussi garder assez d’espace pour développer les personnages. Il faut que les téléspectateurs passent du temps avec eux pour les comprendre. La plus grosse difficulté a vraiment été de savoir trouver le bon équilibre entre ce mystère et la construction des personnages.

Michelle McLaren : Il y a toujours beaucoup de challenges sur un projet. De façon créative, ça a été de jongler avec les temporalités. Il y a l’histoire et certaines métaphores qui raconte ce qui arrive après un choc traumatique, et les deux devaient être liées. Je voulais que ces aspects soient les plus enracinés et justes possibles. Je voulais vraiment que les téléspectateurs se posent la question « Et si ça m’arrivait ? ». C’est spécialement ce lien entre les deux qui m’a demandé le plus de réflexion.

michellemclaren_shininggirls
© Apple TV+ (Michelle McLaren, réalisatrice)

Elisabeth Moss a notamment réalisé un épisode de la série. En tant que réalisatrices, comment avez-vous travaillé ensemble ? 

Michelle McLaren : Non pas qu’elle ait eu besoin de mon aide mais nous avons travaillé ensemble pour l’unicité ! Nous avons été trois réalisateurs sur ce projet et parfois, une chose avait une répercussion sur l’épisode suivant donc nous avons dû travailler en étroite collaboration. Il nous est même arrivé de blaguer avec Elisabeth sur à quel point nos épisodes étaient liés. Elisabeth est brillante, que ce soit en tant qu’actrice ou réalisatrice ! Et c’est toujours intéressant de travailler avec un réalisateur qui est également un acteur.

Vous avez principalement travaillé avec une équipe de femmes sur ce projet. Etait-ce une volonté de votre part au regard de l’histoire forte de Shining Girls ?

Silka Luisa : Ce qui est rigolo c’est que justement ça n’a pas été volontaire…Il y a tellement de gens talentueux dans ce monde ! Tous les collaborateurs qu’on a choisis étaient tous à fond dans cette histoire et il s’est avéré que c’étaient des femmes. Michelle McLaren, par exemple, est une reine en matière de tension. Elle a travaillé sur des projets comme Game of Thrones ou encore Breaking Bad mais son expérience et sa façon de construire la tension entre les personnages en un épisode m’ont fait vouloir absolument travailler avec elle ! Et toutes les pièces du puzzle Shining Girls se sont assemblées sur ce modèle-là.

Les 8 épisodes de Shining Girls sont disponibles sur AppleTV+ depuis le 29 avril

Amandine Rouhaud

Amandine Rouhaud

Journaliste

Suivez nous !

Harry Potter : seul un vrai fan saura répondre à ce quiz de la question la plus facile à la plus difficile

Harry Potter : seul un vrai fan saura répondre à ce quiz de la question la plus facile à la plus difficile

Les Simpson : la série mythique a failli ne jamais exister à cause de ce pilote raté

Les Simpson : la série mythique a failli ne jamais exister à cause de ce pilote raté

Lire aussi
Mastemah : Camille Razat, « Dans le film on appuie beaucoup plus sur l’angoisse et le malaise » (INTERVIEW)

Mastemah : Camille Razat, « Dans le film on appuie beaucoup plus sur l’angoisse et le malaise » (INTERVIEW)

Buzz l’éclair : Angus MacLane, « L’idée était de faire un thriller de sci-fi cool » [Interview]

Buzz l’éclair : Angus MacLane, « L’idée était de faire un thriller de sci-fi cool » [Interview]

Top Gun Maverick : Joe Kosinski, Jerry Bruckheimer : « Les acteurs du film ont totalement vécu ce que les pilotes vivent » (INTERVIEW)

Top Gun Maverick : Joe Kosinski, Jerry Bruckheimer : « Les acteurs du film ont totalement vécu ce que les pilotes vivent » (INTERVIEW)

Qui a tué Sara ? (Netflix) : Alejandro Nones, « C’est génial de pouvoir jouer un personnage comme Rodolfo »

Qui a tué Sara ? (Netflix) : Alejandro Nones, « C’est génial de pouvoir jouer un personnage comme Rodolfo »

Ténor : MB14 et Michèle Laroque, « Le chant rapproche et lie des gens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres » [Interview]

Ténor : MB14 et Michèle Laroque, « Le chant rapproche et lie des gens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres » [Interview]

Downton Abbey II, Une Nouvelle Ere : Simon Curtis, un film « chaleureux, émotionnel et tendre » (INTERVIEW)

Downton Abbey II, Une Nouvelle Ere : Simon Curtis, un film « chaleureux, émotionnel et tendre » (INTERVIEW)

Gentleman Jack : Sally Wainwright, « l’idée était d’adapter ce mariage très transgressif à l’écran » (INTERVIEW)

Gentleman Jack : Sally Wainwright, « l’idée était d’adapter ce mariage très transgressif à l’écran » (INTERVIEW)

Deep Fear : Victor Meutelet, Sofia Lesaffre, « Le film est une vraie proposition à part » (INTERVIEW)

Deep Fear : Victor Meutelet, Sofia Lesaffre, « Le film est une vraie proposition à part » (INTERVIEW)

Moon Knight, interview de May Calamawy (Layla) : « la série est vraiment psychologiquement crue »

Moon Knight, interview de May Calamawy (Layla) : « la série est vraiment psychologiquement crue »

Pachinko : Soo Hugh, « L’histoire de Sunja fait écho à l’expérience de tant de personnes et ce que leurs familles ont traversé » (INTERVIEW)

Pachinko : Soo Hugh, « L’histoire de Sunja fait écho à l’expérience de tant de personnes et ce que leurs familles ont traversé » (INTERVIEW)