Dirty John : l’effroyable fait divers derrière la série dispo sur Netflix

20 février 2019 - 14h20

Dirty John est la série disponible sur Netflix et inspirée d’un podcast du journaliste américain Christopher Goffard du Los Angeles Times. Téléchargé plus de 10 millions de fois, il raconte l’histoire la plus tordue et la plus effrayante qui soit : celle de John Meehan. Vous pouvez désormais découvrir la non moins effrayante série, très réussie.

 

Dirty John, est d’ores et déjà disponible sur Netflix. En 8 épisodes, on suit le parcours absolument effrayant et rocambolesque de John Meehan (Eric Bana) et Debbie Newell (Connie Britton). Cette dernière est une brillante et fortunée décoratrice d’intérieure. Maintes fois divorcée, mère, elle est farouchement indépendante mais recherche tout de même l’amour et enchaîne les rencontres. Ses deux filles, Ronnie (Juno Temple) et Terra (Julia Garner) se mettent souvent entre elle et ses potentiels compagnons, jusqu’à ce que Debbie croise le fringant John. Il se dit médecin anesthésiste, ancien de l’armée détaché en Irak, la voilà conquise après plusieurs rendez-vous. Elle emménage avec lui très vite et les deux tourtereaux se marient, au détriment de premiers signaux inquiétants.

Mais la vraie nature de John se révèle très vite. Il est haï par les filles de Debbie qui le soupçonnent d’être un escroc et pire, un meurtrier. Debbie, interpellée par plusieurs sautes d’humeur de son mari farfouille et découvre l’impensable : harceleur, voleur, arnaqueur à l’assurance, accro aux médocs et aux opiacés, il n’est pas celui qu’elle espérait épouser. C’est le début d’un parcours du combattant pour Debbie, doit-elle rester avec lui ou enquêter de son côté et se protéger ?

John Meehan : le vrai Dirty John

Même si plusieurs noms dans la série ont été changés, l’histoire de la vraie Debra « Debbie » Newell est très, très proche du personnage incarné par Connie Britton (Nashville). Celui que ses amis surnommait « Dirty John » (Sale John) à cause de son comportement déplorable avec les femmes était un arnaqueur né, un harceleur, un type accro au chantage émotionnel et amoureux qui chassait les femmes pour se faire entretenir. Une enquête de longue haleine a par la suite été menée par la police et les charges contre John se sont accumulées. Les langues se sont déliées concernant les violences domestiques, les abus dont il était l’auteur. Ces thématiques sont centrales dans la série.

En effet, elle explore toutes les facettes de la violence qui entoure les femmes abusées… L’isolement, le refus de quitter un homme qui vous tire vers le bas, les insultes, la violence psychologique, les pertes de liens avec la famille. Alexandra Cunningham (scénariste sur Desperate Housewives) a tenu à ce que la série garde ce point de vue féminin. On peut y apercevoir, intégré à la dramaturgie, une explication, des signes qui peuvent tirer le signal d’alarme.

Dans la série, on pourrait penser assez automatiquement à You, qui explore aussi ce qui se passe chez un homme complètement toxique et harceleur mais Dirty John, reste surtout une série assez nécessaire. La série est dispo sur Netflix et pour celles et ceux qui souhaitent écouter le podcast qui a inspiré la série, c’est par ici.

Hannah Benayoun
Journaliste
Fille spirituelle de Leslie Knope dans Parks and Recreation et de Thomas Shelby des Peaky Blinders.
Let them binge parfait: regarder Friends avec une girafe, mais clairement je ne l'ai jamais fait.