Le Cid, Jaime Lorente : « j’ai ressenti une pression avant de débuter le tournage » (INTERVIEW)

Partage
Lien copié !

Le Cid est la toute nouvelle série d'Amazon Prime, avec Jaime Lorente (La Casa de Papel) en tête d'affiche. L'occasion pour Serieously de s'entretenir avec l'acteur, mais aussi avec Alicia Sanz et Carlos Bardem.

Amazon Prime signe sa toute nouvelle création originale avec Le Cid, créée par Luis Arranz et José Velasc. Sortie ce vendredi 18 décembre 2020 sur la plateforme, elle raconte l’histoire de Rodrigo “Ruy” de Vivar, un héros historique du XIème siècle. Ainsi, nous voyons comme ce chevalier de la Reconquista a pu se faire un nom dans l’histoire espagnole.

Et c’est Jaime Lorente qui incarne le personnage. Un acteur que vous connaissez très bien, puisque c’est lui qui interprète Denver dans La Casa de Papel, ainsi que Nano dans Elite. Pour la sortie du Cid sur le service SVOD, nous avons rencontré le comédien, l’occasion pour nous de lui poser quelques questions.

Qu’est-ce que ça vous fait d’interpréter un personnage historique espagnol très populaire ? Avez-vous eu la pression d’endosser un tel rôle ?

Jaime Lorente : Je pense que ça a été une formidable responsabilité d’interpréter Rodrigo Díaz de Vivar. Pas seulement pour le travail que j’ai dû accomplir, mais parce que je représente à l’écran une très grande figure historique. Mais en effet, j’ai ressenti une pression quelque temps avant de débuter le tournage.

Néanmoins il faut savoir que lorsqu’on entre dans la peau d’un personnage, on se connecte à lui, on devient une seule et même personne. Et on voit ainsi les choses complètement différemment. Donc la pression s’est volatilisée le premier jour de tournage, car je suis parvenu à être fusionnel avec Rodrigo Díaz de Vivar. C’était un réel plaisir de le jouer, et surtout dans Le Cid. J’en suis vraiment heureux.

le cid jaime lorente combat
© Amazon Studios

Et est-ce que vous avez essayé d’être au plus près du personnage original, ou avez-vous été libre dans son interprétation ?

Jaime Lorente : Je pense que ça a été une synergie des deux. Car concernant la figure historique, personne n’a réellement su comment il était vraiment. Était-il aussi brave qu’on le pense ? Tout le monde sait de lui ce que l’histoire et les livres ont voulu raconter. Donc j’ai pris une certaine liberté à ce sujet.

Mais le scénario est assez proche de ce que l’on voit dans les livres et les faits historiques, donc j’ai dû être fidèle de côté-ci. Et c’est donc cette combinaison, entre ma propre interprétation et la fidélité historique du script, que j’ai travaillé mon personnage. Et ça a été très intéressant parce que j’avais l’impression de visiter un musée, si vous voyez ce que je veux dire !

Des personnages hauts en couleurs dans Le Cid

Parmi les autres protagonistes du Cid, nous avons Urraca, l’aînée du roi Ferdinand Ier. C’est l’actrice Alicia Sanz qui prête ses traits à ce personnage au fort tempérament. C’est une femme qui est contre les règles imposées, car elle n’est pas l’héritière du trône puisque seul un homme peut être le successeur. Elle se bat donc pour faire changer les choses.

Urraca dans Le Cid
© Amazon Studios

Vous jouez dans Le Cid Urraca, une femme de caractère qui est contre les règles imposées. Comment avez-vous travaillé ce personnage au fort tempérament ?

Alicia Sanz : J’ai lu beaucoup de livres pour travailler mon personnage. J’ai par exemple lu des œuvres sur des femmes qui vivaient à l’époque médiévale. Et comment elles faisaient pour vivre à cette époque. J’ai aussi eu une superbe connexion avec les scénaristes de la série, qui m’ont beaucoup aidée à ce niveau-là.

Le but pour moi était de voir comment être empathique avec quelqu’un qui se bat contre les règles qu’on lui impose. Mon défi était donc de la rendre la plus humaine possible dans sa lutte. Et non pas de faire d’elle le cliché d’une femme qui veut simplement prendre le pouvoir. J’ai donc dû aller au plus profond de mon personnage, et c’est de cette manière que j’ai travaillé Urraca.

Enfin, Carlos Bardem joue le comte Flaín dans Le Cid. C’est un homme manipulateur qui aime être au pouvoir, et n’hésite pas à détruire toute sorte de concurrence.

el cid Carlos Bardem
© Amazon Studios

Vous jouez le comte Flaín, un homme manipulateur prêt à tout pour arriver à ses fins. En tant qu’acteur, est-ce que vous pensez que c’est plus intéressant de jouer un vilain ?

Carlos Bardem : Je trouve oui, car j’adore jouer des personnages très complexes. Et je pense que tous les acteurs aiment jouer des personnages qui ont beaucoup de nuances. Et les vilains sont justement des personnages complexes, maintenant le défi était de ne pas en faire un méchant cliché. Toutes les œuvres ont besoin d’un « monstre », car ce sont des miroirs dont le reflet vous regarde et vous demande « que feriez-vous à ma place ? » Et c’est en ça que j’adore jouer un méchant, et je pense que le public aime les vilains. Car ils nous questionnent.

Les cinq épisodes de la série Le Cid sont disponibles sur Amazon Prime Video.

Alexis Savona

Alexis Savona

Journaliste

Suivez nous !

15 questions bêtes qu’on s’est posées devant l’épisode 6 de la saison 17 de Grey’s Anatomy

15 questions bêtes qu’on s’est posées devant l’épisode 6 de la saison 17 de Grey’s Anatomy

Zootopie : l’histoire originale du Disney devait être beaucoup plus sombre

Zootopie : l’histoire originale du Disney devait être beaucoup plus sombre

Lire aussi
The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

The Black Phone : interview de Scott Derrickson, « je voulais explorer la peur qui dominait ma propre enfance »

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

Kaiju n°8 : Louis-San, « La grosse particularité, c’est que le héros n’est pas un gamin rempli de rêves » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]

J’ai menti : Thierry Neuvic, « C’est un polar assez profond qui aborde des thèmes intéressants » [Interview]

La Traversée : Florence Miailhe, « C’est possible de faire un film en peinture animée » [Interview]

La Traversée : Florence Miailhe, « C’est possible de faire un film en peinture animée » [Interview]

Une Affaire Française : Blandine Bellavoir, « j’avais beau me protéger, la série m’a tout de même atteinte » [INTERVIEW]

Une Affaire Française : Blandine Bellavoir, « j’avais beau me protéger, la série m’a tout de même atteinte » [INTERVIEW]

Fugueuse : Sylvie Testud, « C’est une série importante car elle fait ouvrir les yeux » [INTERVIEW]

Fugueuse : Sylvie Testud, « C’est une série importante car elle fait ouvrir les yeux » [INTERVIEW]

Ma mère est un gorille (et alors ?) : Linda Hambäck, « La différence est une bonne chose » [Interview]

Ma mère est un gorille (et alors ?) : Linda Hambäck, « La différence est une bonne chose » [Interview]

The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

Interview Docteure Doogie, Kourtney Kang : « l’héroïne est presque écrite comme une super-héroïne »

Interview Docteure Doogie, Kourtney Kang : « l’héroïne est presque écrite comme une super-héroïne »

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]