Le Comte de Monte-Cristo : l’obsession cinéma de la semaine

Le Comte de Monte-Cristo : l’obsession cinéma de la semaine

Partage
Lien copié !

En salle dès ce vendredi 28 juin, Le Comte de Monte-Cristo est l’évènement de cet été à côté duquel il ne faut surtout pas passer. Grande réussite signée Matthieu Delaporte et Alexandre De La Patellière, cette adaptation d’Alexandre Dumas offre à Pierre Niney son meilleur rôle, et au public la chance de vivre un moment de cinéma rare et à couper le souffle.

C’est quoi ?

Affiche Le Comte de Monte-Cristo
@ Pathé Distribution

Tout le monde connaît Le Comte de Monte-Cristo et en a entendu parler de loin ou de près. En cet été 2024, le classique de la littérature d’Alexandre Dumas s’offre une nouvelle peau au cinéma pour nous plonger dans l’odyssée passionnante d’Edmond Dantès. À 22 ans, ce jeune marin se voit nommé capitaine du Pharaon. Après avoir posé le pied à Marseille, transporté par cette bonne nouvelle, il part en quête d’épouser l’amour de sa vie, Mercédès Herrera.

Mais pendant son mariage, Dantès est arrêté : trois hommes jaloux l’ont trahi en l’accusant à tort de conspiration bonapartiste. Enfermé et victime d’injustice, il réussit à s’évader de prison après 14 années, et prend possession d’un trésor caché sur l’Île de Montecristo. C’est ainsi qu’il va écrire sa nouvelle histoire : celle du Comte de Monte-Cristo, prêt à tout pour se venger des hommes qui lui ont volé sa vie.

Y’a qui ?

Bastien Bouillon Anais Demoustier et Pierre Niney dans Le Comte de Monte-Cristo
@ Pathé Distribution

Cela n’aura échappé à personne tant l’information avait fait grand bruit à l’époque de son annonce : Pierre Niney a été choisi pour prêter ses traits au héros emblématique d’Alexandre Dumas. Dantesque sous le costume d’Edmond Dantès, le comédien ne fait pourtant pas d’ombre à la flamboyante galerie de personnages à qui il donne la réplique.

D’Anaïs Demoustier alliant douceur, émotion et force en Mercédès Herrera, à Bastien Bouillon, Laurent Lafitte et Patrick Mille maniant la perfidie à la perfection dans la peau des ennemis de Monte-Cristo, les seconds rôles de premiers plans sont illuminés par les partitions de leurs interprètes.

Mention spéciale à Vassili Schneider, Julien de Saint Jean et Anamaria Vartolomei, jeune pousse du cinéma français qui nous cueille de bout en bout et souligne que le talent n’attend point le nombre des années. Un casting au diapason d’une réalisation léchée, rythmée et sans aucun temps mort, signée Matthieu Delaporte et Alexandre De La Patellière.

C’est un peu comme…

Les Trois mousquetaires The batman
@ Pathé @ Warner Bros

Un projet de grande envergure adapté d’une référence de la littérature et le genre cape et d’épée revisité : il n’y a pas beaucoup de chemin à faire pour relier Le Comte de Monte-Cristo aux Trois Mousquetaires. Et pour cause, en plus de ces points communs, les réalisateurs du film avec Pierre Niney sont ceux qui étaient aux commandes du scénario du long-métrage en deux parties de Martin Bourboulon.

Au-delà de son histoire signée Dumas, de son ambition et de sa dimension épique, de ses décors à couper le souffle et ses scènes de batailles de haute volée, Le Comte de Monte-Cristo peut aussi évoquer un autre héros de la culture populaire. Un homme richissime qui dissimule une double identité sous masque(s), dont l’intelligence et la motivation agissent sur lui comme des super-pouvoirs, pour qui la quête de vengeance est aussi bien un antidote qu’un poison… Eh oui, aussi surprenant que cela puisse paraître aux premiers abords, Edmond Dantès a de nombreuses similarités avec Bruce Wayne.

Comme dans les films sur le Chevalier Noir, notamment The Batman de Matt Reeves, Le Comte de Monte-Cristo nous fait vibrer pas le désir de revanche de son personnage principal, en mariant séquences d’action à une intrigue palpitante, surprenante et haletante, livrée par un personnage principal ambivalent. Si l’on soutient avec délectation l’envie de se venger de Dantès, le costume de Monte-Cristo semble parfois l’enfermer et l’atteindre au point que ses actes puissent être remis en question, par le public comme par lui-même. On assiste alors à la métamorphose d’un homme qui va s’emplir de noirceur et de puissance, au risque d’oublier celui qu’il était auparavant, gangréné par sa création.

Le détail qui change tout ?

Le film Le Comte de Monte-Cristo
@ Pathé Distribution

Nombreux sont les détails qui n’en sont pas et qui changent tout dans Le Comte de Monte-Cristo, permettant au film de relever avec brio le pari de s’inscrire dans la légende de son titre. Alors autant se pencher sur l’une des grandes particularités de cet évènement et qui contribue à en faire un : le fait que le film se dévoile en salle ce 28 juin, un vendredi donc, et non un mercredi.

Tirant son épingle, ou plutôt son épée, du jeu jusqu’au bout, Le Comte de Monte-Cristo déroge à la règle de sortie le mercredi pour une bonne raison : La Fête du Cinéma 2024. Du 30 juin au 3 juillet, toutes les séances sont au prix unique de 5 euros. L’idée de sortir si proche du week-end et de ce début de rendez-vous tant aimé des cinéphiles est donc motivée par l’envie de permettre au plus grand nombre de voir cette grande fresque sur grand écran, et en famille.

Un acte qui pourrait d’ailleurs révolutionner le paysage cinématographique s’il est réussi, en donnant peut-être envie aux Français de suivre le modèle de nos voisins américains qui ont, de leur côté, le vendredi comme jour de sortie cinéma. Un détail qui Comte, donc.

Découvrez Le Comte de Monte-Cristo au cinéma dès ce vendredi 28 juin.

Mathilde Fontaine

Mathilde Fontaine

Rédactrice en chef - Journaliste

Rédactrice en chef de Serieously, Mathilde est toujours à l'affut d'une sortie cinéma ou d'une nouveauté séries, sans oublier de regarder en boucle des classiques du grand et du petite écran.

Suivez nous !

Lire aussi 👀