Lost, Prison Break : Top 10 des meilleures séries à twist

8 octobre 2019 - 19h13

Si vous êtes un véritable sériephile, vous avez forcément vécu une soirée à base de « un épisode et je vais me coucher ». Et évidemment, ces « soirées » se terminent généralement quand votre corps vous lâche. Focus sur ces meilleures séries à twist qui vous ont tenu en haleine.

Lost

On se souviendra toutes et tous de l’épisode pilote de Lost et son intense séquence de sauvetage après le crash de l’avion. On ne savait pas où on avait atterri et nous n’étions pas au bout de nos peines. Durant les six saisons de la série, les mystères se sont enchaînés, épisode après épisode, et impossible de fermer l’oeil avant d’avoir des réponses à ces énigmes, paradoxes et autres bizarreries. Mais c’est quoi cette foutue île ? Encore aujourd’hui on se pose la question. Heureusement, depuis, on a retrouvé le sommeil. Enfin, pas vraiment. On a toujours aucune idée d’où viennent les pouvoirs de Walt, ni de qui tire sur la pirogue, ni… Bon, on va arrêter là.

24

Jack Bauer nous aura fait suer. L’agent de contre-terrorisme incarné par Kiefer Sutherland a débarqué sur le petit écran avec un concept nouveau et efficace : la série est racontée en temps réel, ou presque. Chaque saison de 24 épisodes se déroule sur 24h et il nous était impossible de  faire autre chose que de suivre l’action et de découvrir avec Jack qui était à l’origine des attaques terroristes. Comme lui, on n’allait même pas aux toilettes. Il a quand même fait neuf saisons sans faire de petit pipi. Elle est là la vraie prouesse.

Prison Break

Oublions les saisons suivantes : la première saison de Prison Break était brillante dans sa façon de nous garder réveillé. Il ne se passait pas une seconde sans qu’un événement vienne chambouler le quotidien de la prison de Fox River. Un doigt de pied coupé, un complot gouvernemental, des toilettes qui donnent accès à un passage secret, un plan de prison tatoué sur un corps entier : complètement fou. Et pour notre plus grand bonheur – et malheur de notre sommeil – chaque fin d’épisode mettait un frein à l’évasion à coup de cliffhanger. Impossible de ne pas enchaîner les épisodes.

Stranger Things

Difficile de ne pas tomber amoureux de Will, Mike, Dustin, Lucas et toute la bande. En plus de nous plonger dans une atmosphère 100% 80’s, la série enchaine les intrigues passionnantes… et les twists à répétition. Hopper ne dira pas le contraire. 

Game of Thrones

Une décapitation, des dragons, des trahisons, des personnages qui meurent toutes les 10 minutes et des héros qui reviennent à la vie après l’enchantement d’une veille à la peau qui pend : y’a-t-il un meilleur moyen de résumé Game of Thrones ? Si les épisodes 9 de chaque saison restent inoubliables, la série n’est pas avare en fin d’épisodes qui donnent furieusement envie d’avoir la suite dans la seconde. Même si les fans ont beaucoup, beauuuuucoup moins aimé la fin. 

The Walking Dead

Pour moquer la série, ses détracteurs ont mis au point un schéma qui résume la construction d’un épisode type : Super introduction, suivi d’un vide d’une dizaine de minutes, puis un personnage prend une décision stupide, alors que quelques zombies apparaissent, l’ennui revient… Avant qu’un cliffhanger de malade ne conclut l’épisode et nous oblige à regarder le suivant. On va pas se mentir, certains épisodes suivent ce schéma, mais pas tous ! Depuis le début, The Walking Dead nous offre des méchants charismatiques et donne envie de voir quels plans ils ont en tête pour mettre à mal les survivants. Et puis, il y a toujours cette curiosité malsaine qui nous pousse à savoir quel prochain héros va mourir.

Homeland (surtout les premières saisons)

La première saison de Homeland savait jouer avec nos nerfs. Brody, revenu sur le sol américain après huit ans de détention par Al-Qaïda, était-il un traitre ? La série s’amusait à nous perdre en brouillant les pistes et usant de faux semblants. Même après la révélation de la véritable nature du marine incarné par Damian Lewis, elle a su continuer à nous captiver. 

Breaking Bad

La montée en puissance de Breaking Bad au fil des saisons est l’une des choses les plus marquantes de l’univers des séries TV de ces dernières années. Outre le jeu parfait de Bryan Cranston – qui passe du père de famille déluré de Malcolm à un Baron de la drogue sans pitié dans Breaking Bad – et d’Aaron Paul, l’histoire n’a cessé de monter en tension, jusqu’à cette deuxième partie de saison 5 irrespirable. 

X-Files

Le générique de X-Files est l’une des raisons pour laquelle la série nous empêchait de dormir, parce qu’il était complètement flippant. C’est un véritable traumatisme encore aujourd’hui. Mais, évidemment, elle avait d’autres choses à nous offrir. Les enquêtes de Mulder et Scully pour découvrir la vérité étaient passionnantes, et la quête extraterrestre nous faisait enchaîner les épisodes. Quelle idée d’aller se coucher avant de savoir ce qui était vraiment arrivé à la soeur de Mulder. Ou si ce dernier nageait en plein délire et nous faisait croire que les créatures aliennes n’étaient que le fruit de son imagination.

Fringe

Petite soeur d’X-Files, Fringe a eu un démarrage compliqué, en essayant de calquer la même recette. Mais elle a rapidement su trouver sa propre voix et nous a emmenés dans une histoire de terre parallèle où les tours du World Trade Center n’ont pas disparu. Et puis, on voulait surtout savoir si Peter et Olivia allaient finir ensemble. La tension entre les deux était palpable dès les premiers épisodes.

Romain Cheyron
Journaliste
[email protected]

Je suis le fils spirituel de J.D. (Scrubs) & Castiel (Supernatural).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est pizza chicken/pepperoni extra fromage devant Friends.
Romain Cheyron on EmailRomain Cheyron on InstagramRomain Cheyron on Twitter