Narcisse Mame : « Les retours du public sur Je te Promets sont extraordinaires » (INTERVIEW)

Partage
Lien copié !

Ça y est, Je te Promets s'apprête à faire son clap de fin ce 08 mars 2021. Le grand final de la série adaptée de This Is Us est diffusé ce soir sur TF1, l'occasion pour Narcisse Mame, l'interprète de Mathis, de revenir avec nostalgie sur le tournage de ces 12 épisodes.

Si pour l’instant TF1 n’a toujours pas renouvelé Je te Promets pour une saison 2, les fans attendent avec impatience les deux derniers épisodes de la première. Et à l’approche du final, Narcisse Mame s’est confiée sur son approche du personnage de Mathis, mais aussi sur les retours du public concernant cette adaptation française de This Is Us.

« Je te Promets nous fait tous échos d’une certaine manière »

Vous interprétez Mathis dans Je te Promets, est-ce un personnage auquel vous vous êtes identifié ?

Pas vraiment. Je suis assez admiratif de ce que Mathis est dans la vie de tous les jours. Il est prêt à tout pour être aimé de tous alors que je ne suis pas du tout comme ça. Je suis quelqu’un de très entier dans la vie, je dis ce que je pense. Alors que lui fait très attention à tout ça, pour ne pas perdre l’amour de ses proches. Donc sur ce point de vue non. Après concernant la relation qu’il a avec son père biologique, je m’y suis un peu retrouvé parce que moi-même je n’ai pas eu la chance de connaître mon père étant adulte. Et forcément, ce qu’on s’est dit avec les autres comédiens et comédiennes, c’est que Je te Promets nous fait tous écho d’une certaine manière.

Et comment l’avez-vous approché puisqu’il est aux antipodes de vous ?

De base, je n’ai pas regardé This Is Us, parce que j’ai appris que j’étais pris dans Je te Promets quand j’étais sur le point de la regarder. Et je me suis laissé surprendre car je ne voulais pas être influencé d’une quelconque manière par le personnage de Randall, qui est la version originale de Mathis. Et vu que les auteurs ont fait un boulot monstre pour adapter la série dans la culture française, ça m’a laissé de la place pour créer des choses avec tout ce que j’ai pu lire sur Mathis. Et comme je suis quelqu’un d’instinctif quand je m’investis dans un projet, je suis parti sur des idées, sur ce que je ressentais pour lui. J’ai réfléchi à la coiffure, au costume, au maquillage, pour donner une idée précise que j’avais de lui. Et on m’a fait confiance à ce niveau-là donc c’était très cool.

mathis je te promets 2
© TF1

La scène du repas de Noël est un moment fort pour Mathis, comment l’avez-vous préparée ?

C’est une scène que j’ai mis énormément de temps à travailler. Lorsque j’ai lu les 12 épisodes et que j’ai vu qu’il y aurait cette grosse scène, je me suis laissé envahir petit à petit, au fil des semaines. J’avais demandé précisément quand est-ce qu’on allait la tourner, pour pouvoir me recharger en énergie. Le jour-J il y avait énormément de monde sur le plateau. Il y avait notamment les producteurs américains qui étaient là. Il y avait aussi l’équipe de 50 minutes Inside, du making of. Et j’ai demandé à Arnaud, le réalisateur, à ce qu’il y ait un silence total au moment de la prise. J’avais vraiment besoin de concentration sachant que Mathis est quelqu’un de minutieux, donc Noël est quelque chose de très symbolique pour lui.

La production américaine qui était présente à ce moment-là vous a dit quelque chose concernant votre performance lors de cette scène-clé ?

Pour le coup, j’étais tellement chargé en émotion qu’au moment où on a terminé la scène, je suis parti m’isoler pour redescendre un petit peu. Mais j’ai entendu que ça pleurait derrière (rires) donc c’est plutôt bon signe ! Et le lendemain j’ai eu des échos comme quoi tout le monde a été subjugué en disant que cette scène est superbe. Mais là où cette scène est aussi intéressante c’est que certes, elle est lourde en émotion, mais il y a ensuite le personnage de Marilou Berry qui ramène cette touche d’humour à la fin, et contrebalance le tout.

mathis je te promets 1
© TF1

Vous l’avez dit plus tôt, c’était un choix de votre part de ne pas regarder This Is Us, la version originale de Je te Promets ?

Complètement. Je ne voulais pas être influencé par le personnage de Randall, d’autant plus que les scénaristes ont fait un super travail d’adaptation. Je voulais que Mathis soit vraiment un personnage ancré dans la culture française, qui reflète une série française. Et les équipes en ont fait quelque chose d’extraordinaire, car partir de This Is Us qui est comme une institution aux Etats-Unis, et en faire une belle adaptation, ce n’est pas simple. Et quand je vois les retours sur les réseaux sociaux, de personnes qui sont fans de This Is Us et qui nous ont attendus au tournant, sont positifs, ça veut dire qu’on a réussi notre pari.

Maintenant que Je te Promets touche à sa fin, quels sont les retours que vous avez eu ?

Les retours du public sont extraordinaires. J’ai vécu ça avec beaucoup de recul car j’étais en voyage lorsque Je te Promets a commencé à être diffusé. Donc j’ai eu les retours de la production, de mon agent et mon attaché de presse, et c’était que du positif. Je me suis dit que c’était énorme ce qui était en train de se passer. Et de manière plus directe, je reçois beaucoup de messages de personnes qui me disent que ça leur fait du bien de vivre de belles émotions grâce à la série pendant cette période difficile. C’est à ce moment qu’on se rend compte qu’on vit une belle aventure, et je suis très content de faire partie du projet.

Les deux derniers épisodes de Je te Promets, avec Narcisse Mame, sont diffusés ce 8 mars 2021 dès 21h05 sur TF1. La série est disponible en replay sur MYTF1, et en intégralité sur SALTO.

Alexis Savona

Alexis Savona

Journaliste

Suivez nous !

Sondage : match ultime, tu préfères Aria/Ezra ou Hanna/Caleb dans Pretty Little Liars ?

Sondage : match ultime, tu préfères Aria/Ezra ou Hanna/Caleb dans Pretty Little Liars ?

Ginny et Georgia : Antonia Gentry souligne un détail-clé sur le cliffhanger de la saison 1

Ginny et Georgia : Antonia Gentry souligne un détail-clé sur le cliffhanger de la saison 1

Lire aussi
The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

The House of Gaunt : Maxence Danet-Fauvel, « Voldemort vit en moi maintenant » [Interview]

Interview Docteure Doogie, Kourtney Kang : « l’héroïne est presque écrite comme une super-héroïne »

Interview Docteure Doogie, Kourtney Kang : « l’héroïne est presque écrite comme une super-héroïne »

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]

Free Guy : Shawn Levy, « C’est un grand spectacle fun, mais aussi très chaleureux et humain »[Interview]

Escape Game 2 : Adam Robitel, « c’est un thriller vengeur intense ! »

Escape Game 2 : Adam Robitel, « c’est un thriller vengeur intense ! »

Space Jam – Nouvelle ère, Malcolm D. Lee : « le film nous offre des possibilités folles et infinies » (INTERVIEW)

Space Jam – Nouvelle ère, Malcolm D. Lee : « le film nous offre des possibilités folles et infinies » (INTERVIEW)

Ainbo, princesse d’Amazonie : Richard Claus, « Je crois que notre héroïne peut être un modèle pour les filles d’aujourd’hui » (INTERVIEW)

Ainbo, princesse d’Amazonie : Richard Claus, « Je crois que notre héroïne peut être un modèle pour les filles d’aujourd’hui » (INTERVIEW)

Comment je suis devenu super-héros : Douglas Attal, « c’est un terrain parfait pour faire un film de super-héros en France » (INTERVIEW)

Comment je suis devenu super-héros : Douglas Attal, « c’est un terrain parfait pour faire un film de super-héros en France » (INTERVIEW)

Ma famille afghane : Michaela Pavlátová, « Le film parle avant tout d’humanité, de courage et de tolérance » (INTERVIEW)

Ma famille afghane : Michaela Pavlátová, « Le film parle avant tout d’humanité, de courage et de tolérance » (INTERVIEW)

The Deep House : « le but était de casser les codes de la maison hantée » (INTERVIEW)

The Deep House : « le but était de casser les codes de la maison hantée » (INTERVIEW)

The Deep House, Camille Rowe : « mon angoisse d’être enfermée m’a fait hésiter » (INTERVIEW)

The Deep House, Camille Rowe : « mon angoisse d’être enfermée m’a fait hésiter » (INTERVIEW)