Stranger Things, Finn Wolfhard & Joe Keery : “les théories de fans sont fascinantes”

5 juillet 2019 - 13h09

La saison 3 de Stranger Things est disponible depuis ce jeudi 4 juillet sur Netflix ! Nouveaux challenges, nouveaux duos, on a parlé avec Finn Wolfhard et Joe Keery des nouveaux épisodes le temps d’une table ronde.

Nouvelles dynamiques, nouveaux groupes… cette saison 3 offre un petit vent de fraîcheur à Stranger Things ! Qu’est-ce qui était le plus excitant pour vous ?

Finn Wolfhard : J’étais vraiment ravi de découvrir ces nouvelles histoires, que ce soit pour Mike évidemment mais aussi pour les autres, on a découvert les intrigues des autres très tard. J’ai adoré voir comment Hopper s’est développé, notamment sa fibre paternelle avec Elfe. J’étais fier de cette saison, voir le groupe grandir et franchir à nouveau une nouvelle étape.

Joe Keery : C’est une chose de travailler sur la storyline de son personnage, ça en est une autre de découvrir celles des autres. On découvre carrément un nouveau monde !

Donc vous ne saviez rien des intrigues des autres quand vous avez commencé à tourner ?

J.K : Effectivement, on a tout découvert en regardant les premiers épisodes quand nous les avons reçu. C’est complètement fou. Quand on a tourné cette saison, je crois que j’ai vu David Harbour peut-être… deux fois en tout.

F.W : J’ai fait exprès aussi de ne pas lire les intrigues des autres, on en avait l’occasion pour certaines scènes mais je n’avais aucune idée de ce qui allait arriver à Hopper par exemple. C’était drôle et surtout génial de découvrir certains moments clés de la même manière qu’un spectateur, en se plongeant vraiment dedans.

C’est vrai que cette saison, on ressent encore plus le fait que chaque groupe vit son expérience, son enquête et tout se regroupe à la fin.

F.W : Oui, c’est d’ailleurs ce que j’aime le plus personnellement, c’est drôle à regarder, voir les groupes vivrent leurs aventures et chaque pièces du puzzle prend ensuite sens. C’est pas forcément le plus facile à tourner, mais à regarder, oui.

Il y a pas mal d’interactions avec un monstre dans Stranger Things, comment ça se passe pour vous sur les tournages ?

F.W : C’est clairement le plus difficile, d’imaginer le monstre alors qu’on est en face de balles de tennis ou d’un espèce de truc en métal.

J.K : Oui, imaginez un espèce de long truc en métal, parfois inactif, et nous qui hurlons devant (rires) !

F.W : Vraiment c’est drôle, il y a un plan, qu’on voit d’ailleurs dans la bande-annonce, où le monstre arrive derrière nous et on se cache derrière un truc dans le centre commercial… En réalité, ce qui arrivait derrière nous, c’était des ballons de plage qui volaient. On essayait honnêtement de ne pas rigoler, c’était un peu compliqué.

C’est compliqué pour vous au quotidien de cacher à vos proches les intrigues des nouvelles saisons ?

F.W : Je demande toujours la même chose à ceux qui me demandent : “Tu veux vraiment que je te spoile ? Si je te raconte tout tu vas regarder la nouvelle saison ?” Et à chaque fois on me répond “Oh, non, si je sais je ne regarderais pas.” Donc je leur dis que je ne vais rien leur raconter, je ne veux pas gâcher, je veux que les gens regardent ! Je préfère garder le secret et continuer d’avoir un travail… et ne pas énerver Netflix (rires).

Vous n’aimez pas les spoilers mais est-ce que vous lisez les théories de fans ? Stranger Things a droit a plein de théories dingues, un peu comme Game of Thrones…

F.W : J’adore lire les théories de fans, certaines sont fascinantes ! Il y en a des nulles mais aussi des très bonnes. Ma préférée est celle qui imagine qu’on a plusieurs timelines dans la série, que l’Upside Down en réalité est le futur. Je trouve ça trop cool, je ne pense pas que ce soit vrai mais en tout cas c’est une super idée, il y en a des vraiment dingues. Je trouve ça vraiment génial que des fans se creusent les méninges pour essayer de deviner des suites. Ça veut dire que la série fait aussi réfléchir, on ne se contente pas de juste regarder, on veut essayer de trouver la suite, on cherche le moindre détail, indice… c’est vraiment fascinant.

Aucun de vous deux n’a connu les années 80 mais est-ce qu’il y a des références dans Stranger Things qui vous parlent plus que d’autres ?

F.W : Dans cette saison j’ai adoré les références à Retour vers le Futur, c’était trop bien.

J.K : Oui, pareil, Retour Vers le Futur ça m’a beaucoup parlé. Il y a aussi The Thing cette saison, j’ai aimé avoir ce film parmi les références. Moi j’ai également senti de grosses similarités comme pour Jurassic Park, même si on est plus vraiment dans les 80 pour le coup.

F.W : Clairement on a du Jurassic Park aussi, d’ailleurs quand on tournait on nous mettait la bande-originale du film. Les frères Duffer nous passent souvent des musiques de films cultes quand on tourne, ça nous met aussi dans le mood. Ils nous disent “Vous voulez un peu de musique ? Allez, c’est parti”. C’est drôle, j’aime bien, ça nous ouvre à la fois à la pop culture et à des vrais classiques.

 

Stranger Things est à binge-watcher sans plus attendre sur Netflix ! 

 

Propos recueillis par Aurélia Baranes

Aurelia Baranes
Co-fondatrice
Fille spirituelle de JD de Scrubs et Jess de New Girl.
Let Them Binge parfait : South Park avec toute la bouffe italienne du monde (enfin, la végé) et les Atlanta Four
Aurelia Baranes on EmailAurelia Baranes on InstagramAurelia Baranes on Twitter