11 séries qui n’existeraient pas sans les réseaux sociaux

Publié le 5 mars 2020 - 12h31

Les réseaux sociaux ont pris une place de choix dans nos vies, mais aussi dans celles de nos séries préférées. Chez Serieously, on parie que certaines n’existeraient carrément pas sans les réseaux sociaux.

 

YOU

C’est peut-être l’exemple le plus évident, mais sans les réseaux sociaux, Joe Goldberg (ou Will Bettelheim, appelez-le comme vous voulez) ne serait pas capable de savoir autant de choses sur la vie de ses victimes. On dit donc adieu aux comptes Instagram de Beck et de toutes ses petites copines Peach, Lynn et Annika, sans lesquels il devient difficile pour Joe de stalker. Bon après, il reste toujours la bonne vieille technique de l’espionnage derrière la fenêtre, qui a fait ses preuves dans YOU !

SKAM

Les réseaux sociaux, c’est le principe même de SKAM, et ce dans toutes ses déclinaisons autour du globe ! La particularité de cette série repose sur sa capacité à s’exporter en dehors des épisodes grâce aux comptes Instagram des différents protagonistes. Et ça marche : celui de Lucas est suivi par plus de 150.000 personnes, celui d’Emma par 55.000 abonnés, ou encore 130.000 fans pour Eliott. Sans les réseaux sociaux, SKAM perdrait donc toute sa saveur et sa singularité.

Gossip Girl

Aaaaah le fameux blog de Gossip Girl. Tout le monde a les yeux rivés de dessus et cherche à connaître tous les ragots de l’Upper East Side de Brooklyn. Pour connaître les dizaines de dramas des personnages de Gossip Girl, ça se passe donc sur un blog, qu’on peut considérer comme un réseau social, non ?

Black Mirror

Si tous les épisodes de Black Mirror n’ont pas forcément un rapport direct avec les réseaux sociaux, on peut tout de même affirmer que c’est l’une des séries qui les utilise le plus. En tête de gondole, on retrouve l’un des meilleurs épisodes, Nosedive, premier épisode de la saison 3. Sans réseaux sociaux, Black Mirror n’est pas Black Mirror, et les gens seraient plus altruistes. Ce n’est pas un monde dans lequel on veut vivre !

13 Reasons Why

Série qui met peut-être le plus en avant le cyberharcèlement, ce sont les réseaux sociaux qui sont à l’origine de 13 Reasons Why. Dans le tout premier épisode, dans lequel on découvre le destin d’Hannah, on apprend que Justin Foley a diffusé une photo osée de la jeune adolescente en propageant une rumeur sexuelle à son propos. Et c’est ainsi que tout commença.

Home for Christmas

Notre petit coup de cœur séries de Noël 2019 a aussi sa place dans cet article. Home for Christmas, c’est l’histoire de Johanne, une éternelle célibataire qui se décide à trouver l’amour. Et pour cela, elle va passer par les applis de rencontres, ce qui n’est pas toujours une bonne option !

Plan Cœur

Si Elsa de Plan Cœur est l’un des pires personnages de séries jamais créés (désolé mais c’est vrai), c’est notamment parce qu’il faut toujours qu’elle compare sa vie à celles des autres. Et pour ça, elle scrolle sur Instagram à la recherche des filles au corps parfait, et zieute la vie de son ex. Ce ne serait pas un peu toxique de faire ça, à tout hasard ?

Victorious

Dans Victorious, l’héroïne Tori Vega intègre la prestigieuse école d’Hollywood Arts après une performance mémorable lors d’un concert. Entre chaque scène de la série, elle utilise un réseau social similaire à Twitter dans lequel elle écrit son mood du moment. Dans le premier épisode, il s’appelle TwitFlash, mais Tori utilisera ensuite TheSlap, plateforme commune à tous les étudiants d’Hollywood Arts.

iCarly

Dans le premier épisode de cette série Nickelodeon , Carly connaît la célébrité grâce à une vidéo postée par son ami Freddie. La séquence fait le buzz sur Internet, les ados se la partagent et sont des dizaines à la commenter. C’est de là que lui vient l’idée de créer une émission web avec ses amis Sam et Freddie.

The Bold Type

The Bold Type suit les aventures de trois femmes qui travaillent pour le magazine féminin new-yorkais Scarlet. Si Sutton veut un poste dans le pôle mode du magazine, Kat, elle, est en charge des réseaux sociaux. Et donc, sans réseaux sociaux, pas de plan de carrière pour elle….

Pretty Little Liars

On peut clairement dire que l’un des thèmes centraux de Pretty Little Liars, c’est le cyberharcèlement. Bon, d’accord, ça ne se passe peut-être pas uniquement sur les réseaux sociaux, et même plutôt par messages interposés, mais vous comprenez l’idée.

Clément Rodriguez
Journaliste
clement@serieously.com

Je suis le fils spirituel de Jake Peralta (Brooklyn 99) & Roland (Plus Belle La Vie).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est des madeleines et du chocolat chaud devant Desperate Housewives.
Clément Rodriguez on EmailClément Rodriguez on LinkedinClément Rodriguez on Twitter