American Horror Story : 16 références aux grands films d’horreur se cachent dans la série

Publié le 25 octobre 2017 - 10h48

American Horror Story regorge de références aux grands classiques horrifiques. En réalité, les 7 saisons sont un hommage à ces chefs-d’oeuvres, la preuve par 16.

American Horror Story, la série d’anthologie de Ryan Murphy, rend hommage à plusieurs films cultes, des muets en passant par les grands classiques des années 70 et 80, tels que l’Exorcist, Psychose ou Orange Mécanique… jusqu’aux années 2000 avec Saw.

Voici quelques références à côté desquelles on ne peut pas passer.

Massacre à la Tronçonneuse (1982) – Tobe Hooper

Non seulement le premier plan de la saison 1 rappelle l’effrayante ferme de la famille Sawyer dans Massacre à la Tronçonneuse mais le Bloody Face de la saison 2, qui récupère la peau de personnes pour faire des masques, en est évidemment un hommage direct.

L’Exorciste (1974) – William Friedkin

Il faut avoir l’oeil pour le remarquer, mais dans le générique de la saison 2 d’American Horror Story, Asylum, une fille descend des escaliers façon l’Exorciste. Une scène culte mais qui avait été supprimée lors de la sortie du film de Friedkin dans les années 70.

Fenêtre sur Cour (1955) – Alfred Hitchcock

Fenêtre sur Cour d’Alfred Hitchcock est un chef d’oeuvre de suspense plus que d’horreur, mais qui mérite d’apparaître dans cette liste tant la référence est évidente. Dans la saison 7 – Cult – Sarah Paulson alias Ally Mayfair utilise le télescope de son fils pour espionner ses troublants voisins, tout comme Jeff (dans le film), alité, qui commence à espionner les siens par ennui et devient obsédé par un homme qu’il suspecte d’avoir assassiné sa femme.

The Grudge (2002) – Takashi Shimizu

Dans la saison 6, une famille chinoise s’installe dans une maison maudite de Roanoke dans les années 70. Tous les membres ont disparu mais leur fantôme hantent toujours la bâtisse. Ces spectres font écho à ceux de plusieurs films asiatiques, notamment The Grudge.

Shining (1980) – Stanley Kubrick

Les aficionados du classique de Kubrick ont évidemment tout de suite compris la référence à Shining dans la saison 5 d’AHS. Car oui, cette saison se déroule dans un hôtel maudit, où de terribles évènements s’enchaînent. Mais dans la saison 6, Roanoke, une référence s’est également glissée ! Lorsque Ambrose White presse son visage contre le cadre de porte, on se souvient directement de Jack Nicholson et son « Here’s Johnny! », une célèbre scène du film.

Le Projet Blair Witch (1999) – Eduardo Sánchez, Daniel Myrick

Dans Roanoke, Murphy fait souvent référence au Projet Blair Witch – qui a inspiré énormément de films d’horreur – en utilisant des poupées fantasmagoriques et pas mal de scènes terrifiantes dans les bois, filmées par les acteurs eux-même.

Rosemary’s Baby (1968) – Roman Polanski

Rosemary’s Baby parle d’une femme qui emménage dans un appartement à New York avec son fiancé. Cependant le bâtiment était auparavant habité par un culte satanique. Rosemary se retrouve malencontreusement enceinte d’un bébé de satan, l’antéchrist, car elle est violée par une entité démoniaque alors qu’elle pensait qu’il s’agissait de son mari. Ce qui n’est pas sans rappeler la première saison d’AHS, lorsque Vivien couche avec un homme en costume de caoutchouc, persuadée qu’il s’agit de son mari. Elle tombe enceinte et accouche d’un être terrifiant.

Orange Mécanique (1972) – Stanley Kubrick

Orange Mécanique, bien que n’étant pas tout à fait un « film d’horreur » à proprement parlé, c’est une oeuvre culte et intemporelle traitant de la torture psychologique. Alex, jeune délinquant cruel et violent se retrouve en prison. On lui propose alors un traitement, pour éradiquer ses mauvaises pensées, qui lui impose des heures de films ultra-violents en l’obligeant à garder ses yeux ouverts à l’aide d’une machine tenant sa tête et ses paupières. Dans AHS, Asylum, Lana Winters est soumise à une thérapie du même genre pour « guérir » son homosexualité. Kit Walker se retrouve d’ailleurs avec le même casque pour garder ses paupières ouvertes que celui d’Alex dans Orange Mécanique.

La Monstrueuse Parade – Freaks (1932) – Tod Browning

Une référence évidente et largement assumée de la part de Murphy pour ce film des années 30, Freaks, à commencer par le titre de la saison : Freak Show. On retrouve une jolie collection de freaks profondément gentils et bienveillants, exploités par la propriétaire du cirque Elsa Mars (interprétée par l’extraordinaire Jessica Lange). L’un des artistes, Stanley, cherche à tout prix à vendre les petits monstres à un musée d’anatomie. Les freaks finissent par découvrir le pot aux roses et décident de transformer l’homme en monstre en lui coupant les bras et les jambes. Tout comme dans le film de Browning où ils transforment une méchante femme en canard humain, en la mutilant et en recouvrant son corps de plumes.

Ça (1990) – Tommy Lee Wallace

Une petite référence à Ça dans la scène d’ouverture de la dernière saison, Murphy reprend l’idée du petit ballon rouge qu’utilise le clown malfaisant pour attirer les enfants et les manger.

Frankenstein (1931) – James Whale

Dans la saison 3, Coven, Madison, l’une des sorcières de l’école se fait violer par plusieurs membre d’une même fraternité. Par vengeance, elle utilise ses pouvoirs de télékinésie pour faire renverser le bus des garçons qui meurent tous sur le coup. Malheureusement, Kyle, le petit ami de Zoé – une autre sorcière – est également tué. Les corps sont en morceaux et les deux jeunes sorcières vont essayer de reconstituer un nouveau Kyle à l’aide de la magie.

Saw (2005) – Darren Lynn Bousman

L’homme cochon – the piggy man – fait son apparition dans la première saison d’AHS lorsque l’un des patients du psychiatre Ben Harmon est hanté par une légende urbaine avec une tête de cochon. Une référence qui fait écho à Saw.

Carrie au Bal du Diable (1977) – Brian de Palma

L’un des grands classiques de l’horreur, basé – oui, encore – sur un roman de Stephen King, raconte l’histoire d’une jeune femme télékinetique, maltraitée par sa mère très religieuse et ses camarades de classe. Ne supportant plus cette pression après une ultime humiliation, elle décide de massacrer toute son école ainsi que sa mère en utilisant son pouvoir. AHS fait des références à Carrie tout au long de la série, mais la plus notable est celle de la troisième saison, qui a déjà été évoquée plus haut, lorsque Madison utilise la télékinésie sur les garçons de la fraternité.

Sixième Sens (1999) – M. Night Shyamalan

Souvenez-vous de cette scène du film, qui a surpris tous les spectateurs, lorsque la caméra laisse apparaitre une blessure béante derrière la tête d’un jeune garçon proposant au héros de lui montrer le pistolet de son père. Petit tour repris dans la première saison d’AHS lorsque Vivien discute avec Nora, qui semble en bonne santé… jusqu’à ce que la caméra passe derrière elle. On peut alors voir un énorme trou derrière le crâne.

Psychose (1960) – Alfred Hitchcock

Il y a plusieurs références à Psychose dans AHS, mais l’une des plus évidentes est celle de le deuxième épisode de la saison 1 : lors du flashback sur le meurtre de deux filles étudiantes infirmières et membres d’une sororité.

 

Amityville, la Maison du Diable (1979) – Stuart Rosenberg

Dans Roanoke, Flora se lie d’amitié avec Priscilla, le fantôme d’une petite fille donnée en sacrifice aux Dieux pour assurer la pérennité de Roanoke. Priscilla sauve Flora des forces démoniaques qui l’entourent et en retour, la jeune fille a promis de ne jamais laisser tomber ce fantôme. Dans Amityville, Amy se lie d’amitié avec un fantôme démoniaque du nom de Jody.

 

Gabriella Mouchoux
Fille spirituelle de Spencer Hastings (Pretty Little Liars) & Tyrion Lannister (Game of Thrones).
Let Them Binge parfait : Black Mirror, des sushis avec ma meilleure amie.