Derby Girl : Chloé Jouannet, « c’est l’histoire d’une looseuse magnifique »

Publié le 23 octobre 2020 - 09h00

Nouvelle pépite de France Télévisions, Derby Girl débarque sur la plateforme Slash ce vendredi 23 octobre avec dix épisodes explosifs. L’occasion pour Serieously d’échanger avec Chloé Jouannet, la star de la série.

Originale, drôle et dynamique, la série française Derby Girl suit les aventures de Lola Bouvier (Chloé Jouannet), une ancienne championne de patinage artistique, qui décide du jour au lendemain de devenir la plus grande joueuse de roller derby de l’Histoire. Et entre son égo surdimensionné et ses rêves de glace, l’ascension ne va pas être facile. La jeune femme va devoir apprendre à ouvrir son cœur, si elle veut avoir une chance de remettre sa vie sur des roulettes.

Chloé Jouannet Derby Girl

© France TV Slash

 

Pourquoi ce projet vous a-t-il intéressée ?

Quand j’ai lu les trois premiers épisodes, j’ai pleuré de rire. Je me suis dit : « C’est génial, c’est un OVNI ! Je n’ai jamais vu une série pareille en France pour le moment, le challenge me tente ». J’avais envie de prendre le risque de faire ce truc un peu fou.

Dans la série, vous incarnez Lola Bouvier, une star déchue du patinage artistique. Comment décririez-vous ce personnage ? 

C’est une looseuse magnifique ! Lola a grandi dans un milieu sportif, dans lequel elle n’a pas pu avoir d’adolescence. Elle était tout en haut de l’affiche, mais après une petite catastrophe, sa mère l’a abandonnée. Elle s’est alors retrouvée caissière dans un magasin de sport et doit vivre chez son père dans un quartier pavillonnaire. Alors elle se met à faire du roller derby, un sport qui est à l’opposé du patinage artistique en terme de valeurs. Et, elle n’a qu’une envie, c’est réussir et être aimée par les autres. Elle veut y parvenir par n’importe quel moyen et en oublie parfois d’être aimable (rire).

En quoi ce personnage vous a-t-il particulièrement touchée ?

Ce qui m’a plu dans un premier temps, c’est l’humour de la nana. C’est-à-dire qu’elle n’a pas froid aux yeux, elle va toujours faire des gaffes et dire ce qu’elle pense à voix haute. Elle est au premier degré constamment et ça, j’adore. J’aimais aussi vraiment l’idée d’une enfant qui grandit dans un milieu sportif. Elle doit sacrifier une partie de sa vie pour son sport et donc elle n’a pas d’enfance, elle n’a pas d’adolescence, elle ne sait pas ce que c’est que d’aller boire un verre en cachette avec ses copains, de fumer une clope, de se marrer ou même de manger un paquet de gâteaux. Elle ne connaît pas cette espèce de liberté d’enfance. Et ça, je trouvais que c’était intéressant.

Derby Girl Lola

© France TV Slash

 Lola Bouvier a un petit côté peste, avez-vous trouvé ça amusant à jouer ?

C’était incroyable ! J’ai adoré jouer ça, parce qu’il y a des moments dans la vie où on est de mauvaise humeur, on aimerait être désagréable avec tout le monde et on ne peut pas parce qu’on est en société et que ça ne se fait pas de balancer des trucs gratuitement, donc là, c’était vraiment génial de pouvoir le faire. J’ai beaucoup ri ! Et, je suis tellement rentrée dans peau de Lola, que j’avais l’impression d’être encore elle en rentrant chez moi le soir. Je me permettais d’être plus sèche avec les gens, je prenais ses mimiques. Je n’arrivais pas à sortir du personnage, c’était marrant. J’aimais tant la jouer, que je ne voulais pas la quitter.

Aviez-vous déjà entendu parler du roller derby avant la série ?

Jamais ! Je n’avais jamais entendu parler de ce sport. Je faisais du roller en ligne avec mon père, donc j’avais quelques bases, mais c’est tout. J’ai trouvé ça hyper agréable de faire un sport de contact et il y a un côté lâcher-prise que j’ai beaucoup aimé. Et ce que je trouve hyper cool dans le roller derby, c’est que c’est le seul sport qui est automatiquement féminin. Quand ce sont des hommes qui le pratiquent, on dit que c’est du roller derby masculin, alors que d’habitude c’est l’inverse. Pour le football, le rugby ou le basket, on précise toujours « féminin », lorsque ce sont des filles qui jouent, donc là j’aime l’idée qu’on permute les rôles.

Comment vous-êtes vous plongée dans l’univers du roller derby ?

Il faut savoir que l’on tournait avec de véritables joueuses de derby. Donc, elles nous expliquaient comment jouer entre deux prises. On a aussi vu des matchs, on s’est entrainées et on a regardé des vidéos. Dans la série, il y a des tournois, donc on devait réellement rentrer sur le track. On y allait et on jouait vraiment. A la fin, on avait toutes pris un petit niveau. Enfin, on était nulles par rapport aux filles qui jouent tout le temps, mais on s’améliorait (rire). On commençait à se trouver des petites tactiques et à déterminer quel genre de joueuse on était, c’était cool.

Chloé Jouannet Derby Girl

© France TV Slash

Honnêtement, avez-vous compris les règles du roller derby ?

Ce sport c’est un casse-tête, vraiment ! Si je dois expliquer tout de suite ce qu’est exactement le roller derby, je pense que ça va partir en fou rire ! (rire) Je passerai par mille mots et vous allez vous dire : « Elle ne s’est pas du tout intéressée à ça, en fait ». Les règles sont tellement compliquées !

 Le roller derby est un sport rugueux… Avez-vous gagné quelques égratignures sur le tournage ?

J’ai failli perdre mon petit doigt (rire). Une fille m’a poussée, je suis tombée par terre, donc j’ai posé ma main pour me relever. Une autre joueuse est alors arrivée ultra rapidement sur moi et est passée à quelques centimètres de mon petit doigt. J’ai eu la peur de ma vie ! Après, oui, on a eu quelques bleus à cause des chutes et parce qu’on se mettait des coups, mais franchement, ça va. Et bizarrement, on n’a pas tellement utilisé ma doublure. Comme je savais faire du roller, je n’avais pas peur de foncer dedans, donc ça allait. Cependant, il y a certains moments où j’étais heureuse qu’elle soit là !

Dans la série, Lola rechausse aussi ses patins à glace. Comment s’est passée la préparation ?

J’ai eu un petit entraînement, mais pour le coup, le patin à glace était mille fois plus simple pour moi, au niveau de l’équilibre. En revanche, j’étais souvent doublée. La partie avec des Axel, tout ça, ce n’était pas possible… Je serais morte (rire) !

Chloé Jouannet Derby Girl

© France TV Slash

 Après avoir goûté aux deux sports, préférez-vous le roller derby ou le patinage artistique ?

Ah ! C’est dur ! (rire). Je crois que je préfère le patin à glace en terme de sensations.

Seriez-vous prête à le pratiquer dans la vie de tous les jours ?

Non, quand même pas. En revanche, je pense que je pourrais faire du roller derby avec des copines. Ce qui est sympa, c’est que c’est un sport d’équipe. Il y a vraiment ce côté girl power et team work, alors que le patinage artistique, c’est beaucoup de cours et il faut travailler tout seul. C’est un truc solo et ça m’intéresse moins. Par contre, quand j’en faisais sur le tournage, on ne pouvait plus m’arrêter. Je faisais plein de tours de patinoire, j’adorais ça.

Pour finir, Derby Girl aura-t-elle droit à une saison 2 ?

Oui ! Ça a déjà été signé et je pense qu’on va tourner au printemps. Je peux d’ores et déjà vous dire que Lola Bouvier n’a pas appris de ses erreurs ! Elle recommencera donc un peu ses dingueries ! (rire)

Alexia Malige
Journaliste
Je suis la fille spirituelle de Chandler Bing (Friends) et de Villanelle (Killing Eve). Mon Snack&Chill idéal du moment c'est de la croziflette devant Modern Family.
Alexia Malige on Email