Quelle pollution à Paris ? Laury Thilleman s’associe à Dyson pour une expérience effrayante

Publié le 22 septembre 2020 - 15h42

Ce n’est pas un secret : Paris est une ville extrêmement polluée. Vous avez sans doute souvent entendu vos amis vous dire que depuis qu’ils ont déménagé dans la capitale, ils tombent très souvent malades, ou ont beaucoup d’allergies. Pour expliquer un peu plus en détail ce phénomène, Dyson a mandaté son ambassadrice Laury Thilleman pour une mission très spéciale.

 

On vous parlait récemment de la pollution intérieure, que l’on retrouve très souvent dans les appartements des grandes villes. Aujourd’hui, focus sur une expérience très intéressante, fruit d’une collaboration entre Laury Thilleman et Dyson. Le déroulé de l’expérience ? Il est simple. Pendant plusieurs mois, Laury a porté un sac à dos doté de capteurs intelligents, qui ont analysé la pollution qu’elle pouvait croiser. Trajets du quotidien, activités physiques en plein air ou encore déplacements professionnels et personnels., focus sur les résultats… assez terrifiants !

Ces données ont été récoltées à Paris entre le 14 mai et le 28 juillet 2020.

Sans surprise donc, les rues de Paris s’avèrent être très polluées. De gros pics au niveau des grands axes, très empruntés par les voitures. Évidemment, les lieux très proches des gares comme Saint Lazare ont également un taux de pollution très important. Rassurons-nous tout de même en voyant que les plus petites rues de Paris semblent un peu plus vivables.

Bon point également pour le restaurant de Laury Thilleman, Vida, qui est au vert ! Sachant que les cuisines sont généralement très polluantes, il est assez rare de voir un restaurant clean. La serial-entrepreuneuse a expliqué ce point très simplement : elle possède plusieurs purificateurs d’air Dyson qui sont présents dans le restaurant.

Données récoltées le 3 juin 2020 (graphique avec icône de voiture),
Données récoltées le 19 mai 2020 (icône de cuisine),
Données récoltées le 26 mai 2020 (icône de spray),
Données récoltées le 16 juillet 2020 (icône d’horloge)

Concernant la pollution intérieure, certaines données sont très intéressantes. On voit par exemple ici qu’il n’est pas recommandé lorsqu’on habite à Paris d’ouvrir ses fenêtres pour aérer vers 8H du matin. Car oui, c’est pollution assurée ! Le ménage ou encore faire la cuisine sont également de gros facteurs polluants, preuve en est avec les pics présents sur les graphismes.

Pour en savoir plus sur cette expérience Dyson x Laury Thilleman, on vous invite à regarder la vidéo debrief juste ici :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

L’occasion de vous dévoiler les coulisses et résultats de ma petite enquête #DysonAirQuality sur le sujet 🕵️‍♀️ l’idée était de mieux comprendre les variations de données entre l’air que nous respirons à l’interieur et à l’extérieur… Pour cela je me suis équipée d’un sac à dos connecté à un capteur à particules (le même que celui présent dans les purificateurs d’air) et d’un GPS que j’ai porté pendant 2 mois dans tous mes trajets extérieurs. Nous avons ensuite corréler ces données extérieurs à celles enregistrées chez moi grâce à mon purificateur d’air @dyson et voici les résultats 🤓💻 Merci à toute les équipes et ingénieurs Dyson pour cette opportunité unique en France 🇫🇷 merci à vous tous pour votre curiosité et engouement sur le sujet ! J’espère que nous aurons répondu à vos interrogations sur la question 🙌🏼

Une publication partagée par Laury Thilleman (@laurythilleman) le

Et pour plus d’informations sur les purificateurs d’air Dyson, rendez-vous sur le site de la marque, ici. 

Co-fondatrice
aurelia@serieously.com

Je suis la fille spirituelle de JD (Scrubs) & Jess (New Girl).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est toute la bouffe italienne du monde (enfin, la végé) devant South Park.
Aurelia Baranes on EmailAurelia Baranes on InstagramAurelia Baranes on Twitter