Riverdale, Desperate… 7 séries qui ne seraient (presque) rien sans Twin Peaks

11:09 , 8 juin 2018

On adore Riverdale, les Soprano, Desperate ou encore Hannibal. Mais ces séries partagent plus qu’un scénario bien ficelé, elles sont toutes inspirées partiellement ou très franchement de la série de David Lynch, la cultissime Twin Peaks.

Le magazine Rolling Stones a pointé ces séries qui ont clairement été influencées par Twin Peaks. Nous, on a préféré celles-ci !

Les Soprano

Aussi fameuse que Twin Peaks, Les Soprano reste le caviar de toutes les séries. Énormément de créateurs et de showrunners vont citer la série mafieuse comme inspiration. Mais celle-ci a également été très influencée par Twin Peaks. C’est David Chase lui-même qui le dit : le chef-d’oeuvre de David Lynch a permis d’élargir les perspectives de narration sur le petit écran. On est bien d’accord.

The X-Files

Certaines choses nous rappellent Twin Peaks dans X-Files. Malgré la différence flagrante de moyens entre les deux séries, The X-Files rend hommage par touches à l’esprit de David Lynch, notamment dans le choix des couleurs et des parti pris photographiques. La photo de la vraie-fausse Laura Palmer dans le bureau de Mulder aura également joué dans la comparaison…

Riverdale

Aucun doute, l’inspiration MAJEURE pour Riverdale fut Twin Peaks. Adaptée initialement des Archie Comics, Riverdale a réussi à compenser ses TRÈS grandes libertés scénaristiques par une identité visuelle très réussie, qui ne peut que nous rappeler l’univers de Twin Peaks. L’assassinat d’adolescent, les montagnes brumeuses, le jeu de lumières bleutées et rosées. On retrouve également dans la série CW un attrait pour le style années 50, rockabilly pour millenials, des éléments phares de Twin Peaks. Et puis Mädchen Amick ❤.

True Detective

Beaucoup de fans ont trouvé dans True Detective la patience et le ton de Twin Peaks. Une enquête lente, précise, qui s’enlise peu à peu dans l’horreur. La série de HBO est même entrée en peu de temps dans le classement des séries criminelles d’anthologie, celles qui sont fabriquées avec précision et qui ont une aura particulière à la fois angoissante et fascinante. Bref, c’est contemplatif, mais on en redemande.

Desperate Housewives (si, si)

Pas d’hallu c’est pour de vrai. Les femmes de Wisteria Lane imaginées par Marc Cherry sont de source lynchéenne. Brenda Strong, incarnant Mary-Alice Cooper, narratrice du show était également Mrs. Jones dans Twin Peaks. Les thèmes évoqués par Desperate, souvent avec légèreté, parfois avec beaucoup de gravité, flirtant même avec le sordide, nous rappellent l’esprit Peaks. Et toujours ce fantôme des années 50 qui plane dans cette banlieue…

Bates Motel

Personnages hors du temps, encore une fois coincés dans une époque entre-deux, ce qui peut les rendre relativement glaçant par leur identité. Bates Motel explore encore une fois une photographie similaire à la série de David Lynch et évidemment un goût pour une criminalité larvée et nauséabonde.

 Hannibal

Comme le souligne Rolling Stones, les deux univers, celui de Lynch et de Bryan Fuller partagent le même cauchemar. Clairement, on ne passerait pas vingt minutes dans chacune de ces séries. Un goût également très sûr pour le surnaturel et l’irréel qui donnent une identité claire à la série sortie en 2013. En tout cas, dans les deux cas, on rêve.

Hannah Benayoun
Journaliste
Fille spirituelle de Leslie Knope dans Parks and Recreation et de Thomas Shelby des Peaky Blinders.
Let them binge parfait: regarder Friends avec une girafe, mais clairement je ne l'ai jamais fait.