True Detective : comment Mahershala Ali s’est transformé pour la saison 3

10 septembre 2019 - 10h30

La saison 3 de True Detective vous a passionnés ? Alors plongez dans les coulisses passionnantes de la transformation de Mahershala Ali pour jouer 3 versions de son personnage.

 

Il a fallu 4 ans à Nic Pizzolatto pour trouver la bonne recette pour une saison 3 de True Detective. Alors que le deuxième chapitre avait déçu, le réalisateur et scénariste voulait marquer le coup et recréer une histoire aussi majeure et marquante que la première avec Matthew McConaughey et Woody Harrelson. C’est là que Mahershala Ali est arrivé. L’acteur doublement oscarisé pour ses rôles dans Moonlight et Green Book, devait jouer un rôle secondaire dans cette nouvelle saison, mais a préféré refuser et se proposer en tant qu’acteur principal. Il a expliqué à Nic Pizzolatto que de passer d’un personnage principal blanc à un homme noir permettrait à la série d’explorer des thèmes qu’elle n’avait encore jamais effleurés.

Il n’a fallu que quelques jours de réflexion à Nic Pizzolatto pour accepter la proposition de Mahershala Ali et définitivement lancer la production de la saison 3 de True Detective. L’intrigue se déroule sur 3 époques : 1980, 1990, et 2015, l’année de la disparition des deux enfants, celle de la réouverture de l’enquête, et celle où Hays, le personnage d’Ali, est interviewé pour un documentaire sur l’affaire. Et pour cela, l’acteur a dû être vieilli et maquillé pour apporter une vraie crédibilité et authenticité au personnage et aux années qui sont passées.

Un vieillissement subtil

Pour sa version 2015, l’acteur a pris son grand père comme référence et en a parlé avec la maquilleuse Debi Young : « on a travaillé ensemble sur le processus de vieillissement, et je ne voulais pas qu’il paraisse trop vieux. Son grand-père était un bon point de repère, nous avons passé beaucoup de temps à regarder des photos de lui. C’était important de rester réaliste notamment quand il souffre de démence » raconte-elle au site IndieWire. Mike Marino, autre maquilleur qui s’occupait de Mahershala Ali confie que l’acteur portait jusqu’à neuf prothèses pour sa version 2015.

« Il s’agissait de poches pour le front et les yeux, des coins extérieurs des yeux, du centre des sourcils, d’un sillon et d’un cou qui reliait les joues » raconte-il. Le but était de montrer la destruction de son esprit, mais aussi permettre à l’acteur de montrer l’impact de la perte de sa mémoire, notamment dans la façon de bouger les yeux. Il ne fallait donc pas un maquillage et des prothèses trop envahissantes.

Pour les cheveux, une perruque a été utilisée pour la personne des années 80 du personnage, et pour sa version 2015. Pour la version des années 90, c’est le choix de la coupe militaire qui a été fait. Au niveau du maquillage, quelques retouches seulement ont été faites sur le visage de l’acteur, pour les deux premières temporalités : « Je le voyais comme un esprit libre avant l’affaire. Mais ensuite, le stress sur son visage est apparu, alors j’ai ajouté des ombres et des reflets subtils. Ensuite, pour le maquillage des années 90, j’ai retouché davantage le pli nasolabial et quelques autres ombres. Il est marié et a des enfants, il subit donc un peu plus de stress, en plus d’être pris par le travail dans le cadre de l’enquête ».

Découvrez la saison 3 de True Detective, maintenant en Blu-ray et DVD.

Romain Cheyron
Journaliste
[email protected]

Je suis le fils spirituel de J.D. (Scrubs) & Castiel (Supernatural).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est pizza chicken/pepperoni extra fromage devant Friends.
Romain Cheyron on EmailRomain Cheyron on InstagramRomain Cheyron on Twitter