Le Bazar de la Charité (TF1) : l’horrible histoire vraie derrière la série

18 novembre 2019 - 12h30

TF1 mise gros avec Le Bazar de la Charité, diffusé dès le 18 novembre. Une énorme fiction aux moyens colossaux derrière laquelle se cache une histoire vraie : l’incendie du bazar de la charité en 1897. Serieously te raconte le drame dont s’est inspirée la fiction.

 

C’est l’événement fiction de cette fin d’année. TF1 lance ce lundi 18 novembre Le Bazar de la Charité, l’une de ses plus grosses productions en matière de séries avec un budget colossal de 17 millions d’euros. La chaîne privée attend beaucoup du lancement de ce show qui se veut ancré dans l’époque qu’il dépeint, au XIXe siècle. Parce qu’avant d’être une fiction avec Audrey Fleurot et Camille Lou, l’incendie du bazar de la Charité est un véritable drame qui s’est déroulé en 1897.

30 minutes pour tout détruire

On se presse au Bazar de la Charité, vente caritative au profit des nécessiteux. En à peine trente minutes, l’édifice en bois est balayé par les flammes, prenant au piège ses visiteurs. Le bilan est dramatique, on déplore plus de 120 morts et des centaines de blessés. Presque exclusivement des femmes.” Ces mots sont ceux qui font l’ouverture du premier épisode. Que s’est-il vraiment passé le 4 mai 1897 dans la rue Jean-Goujon à Paris, dans l’actuel quartier des Champs-Elysées ?

Comme cela est assez fidèlement montré dans la série, une salle avait été installée pour faire découvrir au public le cinématographe, une toute nouvelle invention qui passionne les foules à l’époque. Les Parisiens peuvent donc voir, pour la première fois pour certains, les films La Sortie de l’usine Lumière à Lyon, L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat et L’Arroseur arrosé. C’est malheureusement cette avancée technologique incroyable qui sera la cause de l’incendie.

Un incendie qui touche une majorité de femmes

Aux alentours de 16h30, l’appareil, qui a besoin d’une lampe fonctionnant à l’éther, prend feu. “Une malencontreuse allumette grattée par l’un des techniciens de la projection fit flamber en un instant le flacon d’éther”, explique le site officiel du bazar de la Charité. Tout le bâtiment tombe alors sous les flammes en moins de 30 minutes. “En quelques minutes, plus de deux cents familles, les plus aristocratiques de France, ont été mises en deuil ; on peut dire que tout l’armorial parisien est aujourd’hui atteint par cette catastrophe, la plus imprévue, la plus brutale, la plus impitoyable que nous ayons eue à enregistrer depuis longtemps”, écrit le journal Le Matin le lendemain de la catastrophe.

Si de nombreuses femmes périssent dans l’incendie, c’est en partie parce qu’elles étaient majoritairement présentes à la vente de charité. En effet, ils constituaient entre 100 et 200 personnes sur les 1.200 visiteurs présents. Toutefois, il est également nécessaire de rappeler que les hommes ont poussé les femmes lors de la panique, préférant sauver leur peau à celles de leurs compagnes, comme le rappelle Femme Actuelle. “La plupart ont pris la fuite, et qui sait si ce n’est pas eux qui ont foulé aux pieds les malheureuses femmes qu’on a retrouvées, écrasées, aux portes de sortie ? En somme, dans cet affreux malheur, les hommes ont abominablement ‘lâché’ les femmes et les ont laissées se débrouiller à leur guise”, écrit L’écho de Paris le 14 mai 1897.

Les deux premiers épisode du Bazar de la Charité sont diffusés ce lundi 18 novembre à partir de 21h05 sur TF1.

Clément Rodriguez
Journaliste
clement@serieously.com

Je suis le fils spirituel de Jake Peralta (Brooklyn 99) & Roland (Plus Belle La Vie).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est des madeleines et du chocolat chaud devant Desperate Housewives.
Clément Rodriguez on EmailClément Rodriguez on LinkedinClément Rodriguez on Twitter