Ces messages cachés que vous n’aviez jamais vus dans les génériques de séries

Publié le 2 janvier 2020 - 12h36

Alors que les génériques ont tendance à être de moins en moins regardés, notamment à cause des options que l’on peut trouver sur Netflix par exemple, certains regorgent pourtant de détails cachés qui peuvent être très intéressants à dénicher…

Mr. Bean

Mr. Bean est peut-être l’un des plus sympathiques personnages de l’histoire des séries TV. Pourtant, le public n’a pas forcément pris le temps de le connaître puisque seulement 14 épisodes ont été diffusés entre 1990 et 1995. Et oui, c’est tout ! Mais saviez-vous qu’un message caché apparaissait à chaque début d’épisode ? Mr Bean tombe en effet du ciel sous une lumière divine, et un chant latin s’enclenche. Si ce message semblait incompréhensible pendant des années, il a finalement trouvé sa traduction grâce aux sous-titres de Netflix : “Voici l’homme qui était un haricot”, ce sont les paroles que l’on peut entendre en latin au début de chacun des épisodes. « Haricot » qui se traduit bien évidemment par « bean » en anglais, vous l’aurez compris.

Dragon Ball Z

La série animée japonaise Dragon Ball Z a elle aussi eu droit à son petit message secret dans ses 199 premiers épisodes. Dans le générique de fin, la chanson “Detekoi Tobikiri Zenkai Power” contient quelques paroles qui semblent indéchiffrables… si elles sont jouées à l’endroit. Mais lorsque le générique tourne à l’envers, on peut alors entendre : “Shimizu Kenji, Ike Takeshi, Tokieda Tatsuhiro, Uchida Takashi, Yamamoto Kenji, Yanagi Hanae, Nomura Takashi, ganbattannda, ganbattannda.” Cette liste est composée des noms de personnes ayant travaillé autour de la série. Quant à “ganbattannda, ganbattannda”, cela signifie qu’ils ont travaillé très dur. Sympa, non ?

Silicon Valley

C’est ce qui s’appelle une petite pique bien placée. La série américaine Silicon Valley dépeint la vie de quatre programmateurs qui tentent de faire leur trou dans la Silicon Valley, là où tout se passe pour les entreprises qui comptent aujourd’hui. Dans le générique, on peut voir le nom de plusieurs de ces géants tels que Twitter, Pinterest, YouTube ou encore Facebook. C’est d’ailleurs de ce dernier que se sont moqués les créateurs de la scène d’ouverture en changeant les lettres du logo avec l’alphabet cyrillique… Tout ça pour que cela ressemble à du russe. Un message subliminal qui fait référence à l’influence de la Russie sur l’élection présidentielle de 2016.

The Walking Dead

Les fans de The Walking Dead sont habitués à ce que le générique change à chaque nouvelle année. Lors de la saison 9, une image a particulièrement marqué les esprits puisqu’elle met en valeur l’une des amitiés les plus indestructibles de la série : celle qui lit Daryl et Carol. Sur ce plan, on peut voir le couteau de Carol, l’arbalète de Daryl ainsi qu’un rosier des Cherokees, qui est le nom de l’épisode 10 de la saison 2, où les deux personnages scellent véritablement leur amitié.

Mindhunter

Le générique de Mindhunter est peut-être l’un des plus intrigants des séries actuellement diffusées. On y voit une personne préparer son enregistreur vocal (très probablement Holden Ford) minutieusement. Mais cette scène a priori banale est entrecoupée de visions d’horreur, très difficilement perceptibles tant elles sont courtes. Mais un internaute a décidé de les compiler et le résultat est sans appel : il s’agit du corps d’une femme en décomposition. Sur elles, des insectes rampent et grimpent. Il pourrait alors s’agir du symbole de toutes ces jeunes femmes tuées par les serial killers de la série, pour qui les femmes ne sont que des objets de violence et de mépris.

Game of Thrones

Alors d’accord, c’est peut-être l’un des easter eggs les plus connus de l’histoire des séries, mais il y a forcément certains d’entre vous qui ne l’aviez jamais vu. Si vous prêtez bien attention au générique de Game of Thrones, vous vous rendez compte que la carte qui est dessinée évolue à chaque début d’épisode. Les co-créateurs David Benioff et Daniel Weiss désiraient en fait ne pas perdre le téléspectateur en fonction des nombreux lieux dans lesquels évoluent les personnages. Il était alors plus facile pour eux de savoir où se déroulerait l’intrigue dans l’épisode qui allait suivre.

The Politician

Peut-être n’aviez-vous pas remarqué ce petit clin d’oeil tant il est subtil. En septembre 2019, Netflix sortait The Politician, la dernière série de Ryan Murphy. Alors qu’on vous révélait que le générique faisait allusion à Donald Trump en le traitant de “clown”, il se cache en réalité un autre message caché. Si l’on voit le personnage de Payton Hobart se créer sous nos yeux, il est peut-être plus subtil de faire le lien entre lui et… Pinocchio. D’abord tout en bois, le jeune homme se transforme peu à peu en humain. Et quel est le propre de Pinocchio ? Celui d’être une marionnette qui devient humaine quand elle cesse de mentir… Une métaphore de la politique en général ?

Malcolm

Le générique de Malcolm, c’est avant tout cette musique qui vous reste en tête pendant deux semaines après n’avoir seulement écouté que les cinq premières secondes. Outre la chanson, les téléspectateurs peuvent apercevoir différentes scènes de films, de dessins animés ou d’émissions TV entrecoupées de scènes de vie de la famille dont-on-ne-connaît-pas-le-nom. À la fin du générique, une scène est particulièrement frappante (au sens propre comme au sens figuré) : il s’agit d’un moment du combat de boxe entre Willie DeWitt et Pedro Cardenas pendant lequel ce dernier met KO l’arbitre ! Une façon ici de résumer l’impact des quatre (puis cinq) enfants sur Hal et Lois.

Clément Rodriguez
Journaliste
clement@serieously.com

Je suis le fils spirituel de Jake Peralta (Brooklyn 99) & Roland (Plus Belle La Vie).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est des madeleines et du chocolat chaud devant Desperate Housewives.
Clément Rodriguez on EmailClément Rodriguez on LinkedinClément Rodriguez on Twitter