9 personnages de séries qui passaient pour des méchants au début

Publié le 22 octobre 2019 - 20h00

Certains des meilleurs personnages de séries sont parfois introduits comme la peste, la brute ou le grand méchant de service. Au fil des épisodes, on découvre qu’il n’y a pas plus adorable qu’eux *même s’ils gardent de leur piquant*. La preuve par 9.

Rediff d’un article de juin 2018

Miranda Bailey (Grey’s Anatomy)

Surnommée « Le Nazi » dans les premiers épisodes de Grey’s Anatomy, Bailey fait *gentiment* régner la terreur auprès de ses internes. Directe et autoritaire, la chirurgienne ne mâche pas ses mots. Les saisons passent, et on découvre qu’elle est tout sauf une nazi. C’est une femme généreuse et attentionnée, qui tente simplement de s’imposer dans un univers encore trop dominé par les hommes.

Toby Cavanaugh (Pretty Little Liars)

Vous vous souvenez du bon vieux temps où l’on croyait que Toby Cavanaugh était -A ? Pendant une bonne partie de la saison 1 de Pretty Little Liars, l’adolescent sombre et torturé était le suspect N°1 dans l’enquête sur la disparition d’Alison DiLaurentis. Mais ça, c’était bien avant que les Liars apprennent à le connaître réellement et que Spencer tombe amoureuse de lui.

Cheryl Blossom (Riverdale)

Le pilote de Riverdale n’a clairement pas peur des clichés et catalogue d’emblée Cheryl Blossom comme la mean girl de service. La capitaine des cheerleaders (obligé) adore attirer tous les regards sur elle, partout où elle passe, et n’a pas sa langue dans sa poche. Mais derrière chaque « peste » de séries se cache généralement un personnage beaucoup plus complexe et touchant qu’il n’en a l’air. C’est le cas de Cheryl, qu’on apprend à découvrir un peu plus à chaque épisode, notamment dans la saison 2 où la jeune femme en a bavé du début à la fin. Clairement, avec un père et une mère comme les siens, on comprend que Cheryl ait besoin d’attention et d’amour.

Spike (Buffy contre les vampires)

Spike est l’exemple même du big bad qui s’humanise avec le temps, au point de devenir l’un des personnages préférés des fans. Il faut dire que le vampire joué par James Marsters n’était censé rester qu’une poignée d’épisodes, lui qui est le grand méchant de la saison 2 de Buffy. Mais devant la popularité de son personnage, les producteurs décident de le faire revenir dans un rôle plus important dès la saison 4.

Petra Solano (Jane The Virgin)

Que serait une telenovela sans une mean girl ? Petra Solano, épouse de Rafael, a très vite occupé ce rôle… mais les scénaristes ont compris l’importance d’« humaniser » son personnage en parallèle. L’arrivée de sa mère (no comment !) ou encore les épreuves qu’elle traverse aident le téléspectateur à comprendre Petra et le pourquoi du comment.

Zach Dempsey (13 Reasons Why)

Comme la grande majorité des personnages de 13 Reasons Why, Zach Dempsey a du mal à trouver sa place dans le coeur des fans au début. Introduit comme l’une des raisons qui a poussé Hannah Baker au suicide, le lycéen est l’une des stars de son école. Il traîne avec les cool kids, tel que Bryce et Monty, donc il est difficile de le voir autrement que comme un des leurs. La saison 2 a carrément renversé la vapeur en ce qui concerne son personnage, devenu l’un des plus populaires du show depuis son idylle avec Hannah ou son soutien vis-à-vis d’Alex. Derrière sa carrure d’athlète, son statut de vedette du lycée et ses fréquentations, Zach est un garçon généreux et attentionné, trèèèèèès loin de l’image qu’il pouvait renvoyer lors de la première saison.

Fallon Carrington (Dynasty)

Comme Dallas, Dynasty est un « univers impitoyable ». Il est donc nécessaire d’avoir une certaine force de caractère pour y trouver sa place, ce qui pourrait expliquer la férocité de Fallon. La série, reboot d’un feuilleton culte des années 80, met la fille Carrington au centre de l’histoire, apportant plus de profondeur et de mordant à son personnage au fil du temps. La jeune femme est la reine de la punchline, ce qui peut agacer au premier abord, mais finit par devenir l’un des grands atouts comiques du show (et ça, on adore). Elizabeth Gillies is the new Joan Collins ?

Chuck Bass (Gossip Girl)

Si Blair Waldorf s’impose direct comme la queen bee ultime, mais qu’on ne tarde pas à voir ses faiblesses, Chuck Bass n’est ni plus ni moins qu’un voyou. Ne serait-ce que dans le pilote, l’adolescent friqué se croit tout permis et tente de violer deux filles différentes – Serena, puis Jenny. Sa réputation le précède pendant encore un bout de temps, mais les scénaristes comprennent à quel point il est important de le rendre plus humain. Face à l’engouement des fans pour la relation abusive et « je t’aime, moi non plus » entre Blair et Chuck, ce dernier est davantage étudié en profondeur au fil des saisons. Cela n’excuse en rien ses actes, certes, mais Chuck évolue pour le meilleur.

Logan Echolls (Veronica Mars)

Fils de riche, capricieux et pourri gâté, il a tout d’une tête à claques au début de la série. On comprend vite pourquoi notre héroïne ne peut plus le saquer… Un petit tour au sein du foyer Echolls nous permet d’y voir plus clair concernant Logan ! Pas étonnant que son couple avec Veronica soit devenu synonyme de relationship goals auprès des fans, par la suite.

Journaliste
eliott@serieously.com

Je suis le fils spirituel d'Alicia Florrick (The Good Wife) & Jerry Seinfeld.
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est des churros devant Ugly Betty.
Eliott Azoulai on EmailEliott Azoulai on Twitter