Dragon Ball Super : pourquoi Jiren est une (grosse) déception

19 février 2018 - 14h41

La fin de Dragon Ball Super approche et il est temps de tirer un bilan sur Jiren, le grand méchant du Tournoi du Pouvoir. Serieously vous explique pourquoi c’est une grande déception.

Dragon Ball Super prend fin le 25 mars prochain avec l’épisode 131 et Jiren s’impose comme le dernier antagoniste de la série (si elle ne revient pas en 2019). Si l’anime a déçu de nombreux fans depuis ses premiers épisodes, l’arc Goku Black était des plus intéressants et l’arrivée de Jiren dans l’épisode 85 promettait un Tournoi du Pouvoir passionnant, avec un personnage aussi charismatique que mystérieux. Malheureusement, son évolution se transforme en désillusion au fil des épisodes.

Un passé décevant

Jiren est un membre des Pride Troopers de l’univers 11 et considéré comme le guerrier le plus puissant de tous les univers qui participent au Tournoi du Pouvoir, et plus fort qu’un Dieu de la Destruction. Un personnage mystérieux qui ne se fatigue pas à combattre les autres guerriers pendant le Tournoi. S’il a éliminé Hit lors de leur face-à-face, il ne cherche que le guerrier le plus puissant et s’avoue déçu de l’opposition générale. C’est quelqu’un de très arrogant et solitaire, comme on l’apprend dans l’épisode 127 avec la révélation de son passé.

Il ne se bat pas en équipe et n’hésite pas à descendre et blâmer ses partenaires, comme il l’a fait avec Toppo lors de son élimination. “Pathétique. Je m’attendais à plus de votre part” lance-t-il à Dyspo et Toppo, avant de féliciter Vegeta d’avoir vaincu ce dernier.

Un comportement incohérent qui n’est juste là que pour nourrir l’histoire tragique de son enfance. Un passé déjà vu, plat et décevant par rapport à l’attente suscitée par le personnage depuis sa première apparition. Vermoud nous apprend dans l’épisode 127 que les parents de Jiren ont été tués par un être maléfique, alors qu’il n’était encore qu’un très jeune enfant. Sauvé par un vieil ermite qui l’entraîne pour qu’il devienne plus fort, il promet de se venger. Mais s’il revient quelques années plus tard avec un groupe de puissants guerriers, ils ne sont pas suffisamment forts pour vaincre cet être maléfique. Et les survivants ne veulent plus suivre Jiren dans sa soif de vengeance.

Depuis, pour lui la justice n’est qu’une question de force. Oui, c’est aussi banal que ça. Mais surtout, rien n’explique d’où vient sa puissance. Il est le guerrier le plus fort des univers (qui participent au tournoi en tout cas), mais rien n’explique d’où vient cette puissance, et dans cette histoire racontée par Vermoud, il n’est même pas question d’un potentiel exceptionnel. Pourquoi est-il si fort ? Parce que c’est comme ça.

Un potentiel gâché

On sait que les saiyans deviennent plus forts en s’entraînant et en frôlant la mort, pour Jiren, rien n’est expliqué. Le problème, c’est surtout que Dragon Ball a toujours su soigner l’histoire de ses personnages, et notamment de ses méchants. Que ce soit Cell, Freezer ou même Goku Black pour Dragon Ball Super. D’autant plus que l’évolution de Jiren arrive bien trop tard dans la série, à quelques épisodes de la fin. Il y a un énorme problème de timing, pourtant d’autres personnages ont eu le droit à une belle évolution, qu’ils soient aimés ou pas : N°17 et les saiyans de l’univers 6 notamment (Cabbé, Kale et Caulifla).

L’arc du Tournoi du Pouvoir a beaucoup joué sur le côté mystique de Jiren, pour finalement nous offrir un personnage plat, sans saveur ni véritable épaisseur. Le potentiel était là, mais il a été gâché par un scénario trop simpliste et pas assez poussé pour rendre le personnage intéressant jusqu’au bout. Dommage pour le dernier antagoniste de Dragon Ball Super. En espérant que le manga fasse un meilleur boulot.

Romain Cheyron
Journaliste
romain@serieously.com

Je suis le fils spirituel de J.D. (Scrubs) & Castiel (Supernatural).
En ce moment, mon Snack&Chill idéal c'est pizza chicken/pepperoni extra fromage devant Friends.
Romain Cheyron on EmailRomain Cheyron on InstagramRomain Cheyron on Twitter