Les 10 règles d’or de la parfaite mean girl selon vos séries favorites

3 octobre 2017 - 11h58

Le 3 octobre est le Mean Girls Day, en référence au cultissime Lolita malgré moi. Focus sur 10 règles d’or que l’on doit aux mean girls de séries.

Si le 3 octobre n’est pas encore un jour férié (ça ne saurait tarder, right ?), c’est tout comme pour les inconditionnels du teen movie Mean Girls (Lolita malgré moi) starring Lindsay Lohan et Rachel McAdams. En plus d’avoir offert au public l’une des mean girls les plus emblématiques de la pop culture, Regina George, le film apporte un vrai point de vue sur ce cliché des lycées américains et un second degré absolument génial. À cette occasion, la rédaction de Serieously a concocté sa liste des 10 règles d’or de la mean girl. Un grand merci aux scénaristes de Gossip Girl, Pretty Little Liars ou encore Desperate Housewives pour leur aide.

Un style vestimentaire irréprochable

C’est la règle de base des mean girls : être absolutely fabulous de la tête aux pieds. Pas besoin d’être richissime et de s’habiller chez les grands couturiers pour ça (même si ça peut aider), il suffit juste d’avoir un sens aigu de la mode… ou alors, une armée de stylistes à ses côtés jour et nuit.

Avoir son propre assistant/sa cour

Qu’elles soit directrice artistique d’un grand magazine, héritière ou tout simplement lycéenne, chaque mean girl a une ou plusieurs personnes à son service, prêtes à se plier en quatre pour elle, effectuer une tâche un peu honteuse ou un énième coup bas, dans le seul but d’obtenir son approbation (et peut-être un léger sourire?).

Savoir faire une entrée

Que celles et ceux qui n’ont jamais rêvé de faire une entrée comme Cheryl Blossom (Riverdale), Wilhelmina Slater (Ugly Betty) ou Naomi Clark (90210 Beverly Hills : Nouvelle Génération) lèvent la main. En anglais, on dit « to make an entrance ». Car attirer tous les regards sur soi dès qu’on arrive quelque part est indispensable.

Enchaîner les punchlines

Que serait Blair Waldorf (Gossip Girl), Edie Britt (Desperate Housewives) et Santana Lopez (Glee) sans leur franc-parler légendaire ? Se contenter d’être bitchy ne suffit pas. Il faut trouver la bonne réplique, piquante et drôle en même temps, face à la personne adéquate. L’art de la punchline est un travail de longue haleine, really.

Faire en sorte que tout le monde s’arrête sur son chemin

Une mean girl qui passe inaperçue lorsqu’elle traverse les couloirs du lycée ou de son bureau (car généralement, c’est elle la boss) n’est pas une vraie mean girl. Il faut que tout le monde s’hypnotise en la voyant passer, histoire de lui laisser le plus d’espace possible. Surtout si elle est suivie de sa clique.

Susciter la crainte ET l’admiration de tous

Le respect ? Une mean girl l’obtient par la crainte et l’admiration qu’elle suscite. L’un ne va pas sans l’autre, c’est mathématique. Quand on vous dit que les mean girls sont de vrais génies…

Toujours avoir son kit beauté sous la main

Un ongle mal limé, une mèche de cheveu qui dépasse… le moindre imprévu se doit d’être arrangé en temps réel. C’est pourquoi un kit beauté est indispensable à toute mean girl, whenever wherever.

Passer reine dans l’art du chantage

Une mean girl qui ne fait chanter personne, c’est un peu comme un épisode de Friends sans fou rire, c’est incompatible. Au fil du temps, les garces de séries deviennent expertes en manipulations, coups bas et (of course) chantage. À ne pas confondre avec le harcèlement, du genre -A dans Pretty Little Liars.

Ne surtout pas montrer ses émotions

Et puis quoi encore ? Qu’elle soit au bord des larmes ou ultra heureuse, une mean girl ne doit jamais laisser transparaître sur son visage ce qu’elle ressent au fond d’elle-même. Elle doit garder sa resting bitch face en toutes circonstances.

Ne compter sur personne d’autre que soi-même, au final

Comme l’a un jour dit Wilhelmina Slater (Ugly Betty), « le seul individu au monde sur lequel on peut compter, c’est soi-même ». Peu importe le nombre d’assistants qu’on a.

Eliott Azoulai
Fils spirituel de Alicia Florrick (The Good Wife) & Jerry Seinfeld (Seinfeld).
Let Them Binge parfait : Ugly Betty, avec des churros et mon chien.
Eliott Azoulai on Twitter